L’Histoire d’Urantia Raamat – la Traduction Estonienne

ImprimerImprimer Peep Sõber
Peep Sõber
par Peep Söber, Estonie

J’ai rencontré beaucoup de lecteurs du Livre d’Urantia aux Etats – Unis qui étaient étonnés et me demandaient « Comment pouvez-vous avoir des lecteurs de longue date en Estonie, alors qu’il n’y a pas si longtemps c’était une partie de l’Union Soviétique? » Ils ne savent pas que nous avons commencé la traduction en 1985 avec un groupe de traducteurs. En deux ans, le premier jet était terminé. Nous avons fait entre 50 et 100 copies de ce premier jet pour que les gens puissent le lire.

Au début des années 70, grâce aux lecteurs finnois, le premier exemplaire du Livre d’Urantia arriva en Estonie, qui faisait, à ce moment là, toujours partie de l’Union Soviétique. Après avoir lu le livre en anglais pendant des années, quelques uns d’entre nous formèrent une équipe pour traduire le livre en estonien. Urmas Lipand fut d’accord pour être le traducteur en chef, bien qu’inexpérimenté.

Des photocopies de la traduction d’Urmas circulèrent parmi quelques estoniens, mais il ne se passa rien de plus, jusqu’à ce que l’Union Soviétique éclate et que la République d’Estonie fut établie en 1991. C’est à ce moment là, que j’eus l’idée de commencer une deuxième traduction estonienne avec un traducteur professionnel. Je savais qu’il existait une traduction française et que les traductions finnoise, espagnole et russe étaient presque terminées. J’avais la solide conviction que notre petite nation d’un million d’habitants avait besoin d’une traduction.

Après avoir donné quelques discours d’introduction et avoir écrit quelques articles pour des magazines, je reçus une réponse énorme : plus de 500 personnes m’envoyèrent des lettres exprimant leur intérêt à lire Le Livre d’Urantia . En ce temps là, j’avais régulièrement un programme de radio dans lequel je présentais des livres publiés par ma maison d’édition. Je parlais de temps en temps des enseignements du Livre d’Urantia.

Le 21 août 1994, je parlai de la naissance de Jésus il y a 2000 ans. Nous eûmes une célébration de son anniversaire et invitâmes Seppo Kanerva à notre réunion à Tallin, où nous lui avons présenté notre nouvelle équipe de traduction. Nous organisâmes une grande réunion dans l’auditorium d’un collège avec de la musique et des discours. Trois cent personnes qui étaient curieuses à propos du Livre d’Urantia, y assistèrent.

L’année d’après, en 1995, je fus invité à Helsinki par l’Association Urantia Finnoise et après avoir discuté des préparations pour une traduction estonienne, les finnois décidèrent de nous aider à financer notre projet. La Fondation Urantia accepta notre plan et le travail commença.

Nous avions un traducteur professionnel et plusieurs assistants. Après les 21 premiers Fascicules le traducteur en chef se fatigua et quitta le projet. Nous avons trouvé, ensuite, un nouveau traducteur, Meeli Kuura, qui était encore plus qualifié dans la langue anglaise que le premier. Nous avions aussi dans notre équipe un professeur de langue estonienne, un éditeur de longue date et plusieurs lecteurs.

Nous avons organisé en 1997, la première conférence de lecteurs du Livre d’Urantia à Tallin, en Estonie. Richard Keeler, Seppo Kanerva et beaucoup de lecteurs finnois furent nos invités. L’année suivante, nous avons créé l’Association Estonienne Urantia et depuis nous avons des conférences annuelles.

En automne de l’année 2000, l’équipe de traduction était convaincue que la traduction était prête pour l’impression. A ce moment là, par hasard, je fis la rencontre d’une éditrice professionnelle qui s’intéressait aux Fascicules sur Jésus. Je lui proposais de faire quelques corrections par ci par là, si elle le jugeait nécessaire. Elle m’appela bientôt et me demanda : Savez-vous combien de corrections j’ai fait dans les premières dix pages? J’étais stupéfait ! Comment avait-elle pu corriger notre travail « presque parfait »? Mais, elle avait raison, et nous nous sommes rapidement aperçus que sa révision expérimentée améliorerait grandement la traduction.

Ce fut une déception pour les lecteurs ! Ils savaient que la Fondation Urantia était prête à publier notre livre. Nous avons calculé qu’il faudrait trois à quatre ans pour « parfaire » la traduction. Notre éditrice professionnelle passa huit ans à corriger les Parties III et IV. Ensuite , elle quitta le projet. Heureusement, nous avons trouvé un autre professionnel pour terminer la révision des Parties I et II.

Des lecteurs impatients nous critiquaient car cela prenait trop de temps pour finir le travail. Mais ma réponse était toujours la même : la traduction estonienne ne vous est pas seulement destinée , mais aussi à tous les estoniens et à de nombreuses générations de lecteurs.

L’Estonie est la plus petite nation du monde possédant Le Livre d’Urantia dans sa propre langue. La grande saga, qui débuta, il y a 25 ans, se termina cette année, le 1er Octobre, lorsque Urantia Raamat, apparut dans les librairies de toute l’Estonie. Nous, les lecteurs, apprécions cette nouvelle réalité d’avoir un livre imprimé. Nous n’avons plus besoin de photocopies du premier ou du deuxième jet de la traduction qui étaient si difficiles à lire.

La traduction estonienne fut le résultat des fruits d’un travail d’équipe nous procurant beaucoup de plaisir, non seulement parce qu’elle est devenue une réalité, mais aussi parce que nous savons que le travail d’équipe est une des leçons la plus importante à apprendre pendant notre carrière de mortel.

Karmo Kalda, Margit, Anne-Ly Kadastik, Ruth Kask, Inge Pärk, Ülle Kruuse-Kingo, Pilvi Einasto, Helje Heinoja, Harri Kingo, Meeli Kuura, Peep Sõber, Jüri Henno, Kalevi Eklöf, Seppo Kanerva, Valdek Põld, Pertti Leinonen, Tapio Pulli, Helena Juola, Tapio Talvitie, Leena Kari, Joel R, Kaire, Reijo Hamari, Ave Voolaid
De gauche à droite : Karmo Kalda ( Président de l’Association Estonienne Urantia ), Margit,
Anne-Ly Kadastik, Ruth Kask, Inge Pärk, Ülle Kruuse-Kingo, Pilvi Einasto, Helje Heinoja ( éditeur ),
Harri Kingo, Meeli Kuura ( traducteur ), Peep Söber ( chef de projet ), Jüri Henno ( éditeur ), Kalevi Eklöf,
Seppo Kanerva, Valdek Pöld, Pertti Leinonen,
Tapio Talvitie ( Président de l’Association Finnoise Urantia ), Leena Kari,
Joel R, Kaire Puumets-Söber( éditrice ), Reijo Hamari et Ave Voolaid.

Foundation Info

ImprimerImprimer

Urantia Foundation, 533 W. Diversey Parkway, Chicago, IL 60614, USA
Téléphone: (numéro vert depuis les Etats-Unis et le Canada) 1-888-URANTIA
Téléphone: (hors des Etats-Unis et du Canada) +1-773-525-3319
© Urantia Foundation. Tous droits réservés