Appendice XV. Maîtres architectes et transcendantaux

   
   Red Jesus Text: Activé | Désactivé    Numéros de Paragraphe: Activé | Désactivé
ImprimerImprimer

APPENDICE XV

MAITRES ARCHITECTES ET TRANSCENDANTAUX

Les relations de certains nombres

Le nombre des maitres architectes

Nature des transcendantaux

Fonctions des transcendantaux

Significations du mot absonite

La séquence de l’absonite

Le principe de la logique organique

L’appendice VIII , Techniques de Transformation, passe en revue d’une façon détaillée les différentes façons par lesquelles les êtres sont actualisés, sont amenés à l’existence ; et le §3 de cet appendice, Techniques d’Extériorisation, apporte une considération attentive à la méthode pouvant éventuellement donner origine aux Transcendantaux et à leur corps gouvernant, les Maitres Architectes de l’univers (351.2) 31:8.5. En liaison avec cette étude , on a noté que ces êtres ne sont concernés que par « la superadministration du maitre univers » (350.5) 31:8.2. Nous en déduisons qu’ils pourraient bien être la personnification des plans de Dieu pour le maitre univers entier – passé, présent et futur. Nous arrivons à la conclusion que ces êtres absonites ont été extériorisés ( sont venus à l’existence) comme une répercussion inhérente et pratiquement inévitable à la réalisation de tels plans pour le maitre univers. En d’autres termes, Dieu ne pourrait guère faire des plans sérieux concernant la Création Maitresse sans extérioriser les Architectes et les Transcendantaux (sans réfléchir sérieusement à leur existence) et ces « extériorisés » absonites pourraient ne venir à l’existence que comme un corollaire en réponse à la réalisation de tels plans.

Un des buts de l’appendice XV est de rassembler ce que les fascicules ont à dire au sujet des nombres par rapport à la déité, aux coordonnées de déité et à l’organisation des univers. Et cet appendice veut, de plus, relier de telles données aux nombres qui sont fournis pour les Architectes du Maitre Univers (351.2) 31:9.1. Ces nombres et l’organisation des Architectes devraient nous dire quelque chose au sujet des plans totaux pour le passé, le présent et le futur de la Création Maitresse tout entière. Il paraît probable qu’une comparaison similaire de tels nombres pour l’organisation d’autres groupes de Transcendantaux serait également significative, mais aucune donnée numérique n'est fournie concernant les autres Transcendantaux, donc aucune comparaison ne peut être faite.

Nous allons également prendre en considération le niveau absonite de réalité ainsi que la nature et les fonctions des Architectes et des autres Transcendantaux. Cette étude conduira à une large considération de l’unité organique de la réalité comme une qualité de base qui est caractéristique de la réalité et qui probablement rend compte de certains évènements discutés dans les fascicules. Cette qualité d’unité organique semble donner naissance au « principe de logique organique » qui a été rencontré ailleurs. ( Voir appendice VIII, §3 : Techniques d’Extériorisation – spécialement la discussion de la Compossibilité comme Corollaire à l’Omnipotence de Dieu .)

§1. LES RELATIONS DE CERTAINS NOMBRES

Les univers sont mathématiques, aussi bien qu’organiques et personnels. L’organisation d’un seul superunivers, par exemple, suit le système décimal sans aucune déviation. Ses divisions et ses subdivisions sont toutes multiples de dix (167.9-15) 15:2.18-24. Certains nombres semblent être inhérents à la nature des choses. Par exemple : si la Déité existentielle doit être indivise, il ne peut alors y avoir qu’une Trinité existentielle, la Trinité du Paradis.

Considérons le modèle des nombres qui semble être dévoilé dans les récits des fascicules. Nous sommes informés que « …l’univers…est conçu par le mental, construit par le mental et administré par le mental » (481.6) 42:11.2. Si tel est le cas, nous pourrions alors espérer trouver une sorte de modèle mathématique, une relation significative entre certains nombres et les plans pour le maitre univers. Ce que nous cherchons est un système. Dans un système, les parties reliées entre elles sont agencées , elles sont organisées , elles ont une valeur de position significative (1227.9) 112:1.19.

Le nombre un et le nombre trois. Le nombre Un semble être significatif par rapport au concept de l’Infini, le Un sans Cause, la Cause des Causes (6.3) 0:3.23. En termes de réalité fonctionnelle, il pourrait être apparenté à une Trinité existentielle, à l’indivisibilité de la Déité du Paradis. L’auteur du Fascicule 10 parle de la Trinité comme inévitable, comme fournissant la seule voie par laquelle un Être Infini pourrait causer la personnalisation triple et coordonnée de la Déité, et, en même temps, maintenir l’indivisibilité absolue de la Déité (108.3) 10:0.3. Nous avons ici une claire illustration de l’unique relation entre les nombres un et trois. Il y a vraiment trois personnes de la Déité, mais, dans la Trinité du Paradis existentielle, la Déité est indivise, absolument Une. En termes de « mathématiques cosmiques », tout semble signifier qu’il n’est pas possible d’avoir un sans trois, et qu’il est également impossible d’avoir trois sans un.

Le nombre un apparaît dans l’organisation des Architectes du Maitre Univers ; il n’y a qu’un Architecte Senior (351.4) 31:9.3. Le nombre trois apparaît aussi ; il y a trois Architectes de Havona (351.5) 31:9.4.

Sept en tant qu’expansion fonctionnelle de trois. L’apparition de l’Esprit Infini complète la personnalisation existentielle de la Déité (110.5) 10:2.7. Quand l’Esprit donna expression à ses personnalités primaires, elles furent expérientielles en nature et sept en nombre (ibid.).

Les fascicules disent que la personnalisation des trois Déités du Paradis (et leur union dans la Trinité) est l’inévitabilité absolue, et que la création des sept Maitres Esprits est l’inévitabilité subabsolue (185.1) 16:1.1. Il n’y a rien d’arbitraire dans cette expansion fonctionnelle de trois en sept. Et, si les Maitres Esprits doivent exprimer les fonctions simples et plurielles des Déités du Paradis, alors il ne peut y en avoir que sept parce que les trois Déités du Paradis n’ont que sept combinaisons possibles d’expressions simples et plurielles : Père, Fils, Esprit, Père-Fils, Père-Esprit, Fils-Esprit, et Père-Fils-Esprit (184.1-9) 16:0.1-9. Aucun nombre plus grand ou plus petit que sept n’est mathématiquement possible.

Le nombre sept est d’importance primordiale dans toutes les créations posthavoniennes. Les Sept Maitres Esprits ont une origine post-havonienne et de nature expérientielle. Ils sont actifs dans toute l’histoire post-havonienne (et expérientielle) du maitre univers, commençant avec les « temps proches de l’éternité » et « l’aube du temps », tout au début du deuxième âge. Les superunivers sont au nombre de sept parce qu’il y a Sept Maitres Esprits (184.11) 16:0.11. Tout ce qui concerne les plans du grand univers ainsi que les segments des univers extérieurs qui leur sont reliés reflètent le fait qu’il y a Sept Maitres Esprits et tout a été conditionné par ce fait (ibid.).

Le chiffre sept apparaît dans le nombre des Architectes qui sont affectés aux cinq niveaux d’espace post-havoniens ; le niveau d’espace des superunivers et les niveaux d’espace extérieurs : primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire. Dans le premier exemple, c’est le nombre sept lui-même. Dans chacun des exemples suivants, sept est un facteur apparaissant une ou plusieurs fois dans le nombre total.

Interaction de trois et sept. Les nombres trois et sept se combinent de différentes façons : trois plus sept égale dix ; trois fois sept égale vingt-et-un ; trois plus sept que multiplie sept égale soixante-dix. Examinons ces trois interactions.

Interaction de trois et sept – le nombre dix. S’il y a un nombre particulier qui pourrait être associé à la présence et à la fonction de l’Être Suprême, ce pourrait être le nombre dix – autrement dit, trois plus sept.

Par exemple : considérons ce qui s’est passé lorsque les Sept Maitres Esprits ont collaboré avec les trois Déités du Paradis dans la création des Esprits Réflectifs. Ce fut alors que l’Être Suprême fonctionna en tant que créateur pour la première (et seule) fois – dans la création de Majeston (200.2) 17:2.4.

Il y a dix Architectes affectés au grand univers – trois dans Havona et sept dans les superunivers. Nous avons observé que le grand univers est l’univers nucléaire duquel émerge l’Être Suprême.

Nous observerons (plus loin) que le nombre dix est un facteur dans le nombre des Maitres Architectes, en commençant avec le corps affecté au niveau d’espace primaire, et que ce facteur continue à apparaître dans le nombre de chaque corps successif. C’est le corps des Architectes affectés aux créations d’espace extérieures ; ce sont les créations des âges post-suprême ; ce sont les âges dans lesquels l’Être Suprême sera personnellement présent et sera personnellement actif.

Interaction de trois et de sept le nombre 21. Le nombre 21 n’apparaît pas dans l’organisation des Architectes, mais il apparaît ailleurs. Il y a trois circuits de satellites du Paradis. Chacun de ces circuits a sept mondes, totalisant 21 mondes en tout (143.1-2) 13:0.1-2. Nous sommes informés que ces 21 satellites du Paradis « …embrassent les potentiels de la fonction du maitre univers » (143.7) 13:0.7. Il y a aussi 21 Anciens des Jours, dont trois sont affectés au quartier général de chacun des superunivers (209.6-7) 18:3.4-5.

Interaction de trois et sept le nombre soixante-dix. trois plus sept que multiplie sept égale soixante-dix. Ce nombre semble symboliser l’association fonctionnelle de l’Être Suprême et des Maitres Esprits. Cela peut symboliser la première expression de l’association de Déité-duelle de l’Esprit-Suprême. (appendice 5, §5).

Le nombre soixante-dix est le nombre donné pour les Secrets de Suprématie Trinitisés. Il y a exactement soixante-dix de ces êtres d’origine Trinitaire qui dirigent les mondes Paradisiaques du Père (207.12) 18:0.12. dix Secrets de Suprématie sont stationnés sur chacun des sept mondes et, sur chaque monde, les dix sont organisés comme trois par rapport à sept (208.1) 18:1.2. Ceci est l’exacte expression de notre analyse du nombre soixante-dix : (3+7) x 7 = 70.

(Cela peut ne pas avoir de signification particulière, mais les êtres les plus élevés affectés aux sept gouvernements des superunivers sont au nombre de soixante-dix : les 21 Anciens des Jours et les 49 Esprits Réflectifs.)

Quand nous contemplons le milliard de mondes de Havona, dans ses divisions primaires, nous observons que ces mondes sont groupés en sept circuits (152.11) 14:1.9. Cette organisation de l’univers central semble présager la division subséquente du niveau spatial superuniversel en sept superunivers (164.1) 15:0.1. Lorsque nous examinons les divisions primaires des sept superunivers, nous observons qu’il s’agit des secteurs majeurs et qu’ils sont au nombre de soixante-dix (167.3) 15:2.12. Ceci présage-t-il de la future organisation du niveau d’espace primaire en soixante-dix divisions primaires ? Nous ne le savons pas, mais il semblerait qu’il en soit ainsi. Nous savons qu’ il y a soixante - dix Architectes affectés à ce niveau spatial (351.7) 31:9.6.

Sept ayant une action réciproque avec lui-même : 7, 49, 343, 2401. Dans l’appendice XIV, §6 : Les Résultats de l’Interaction de sept fois sept, nous avons considéré cette relation numérique. Comme nous observons assez attentivement toutes les relations numériques significatives, il est normal de considérer d’un peu plus près ces exposants de sept . Observons d’abord les relations des nombres 7, 49, 343, 2401. Ce sont tous des expansions (exponentielles) du nombre sept :

7 x 1 = 7 x 1 = 71 = 7
7 x 7 = 7 x 7 = 72 = 49
7 x 49 = 7 x 7 x 7 = 73 = 343
7 x 343 = 7 x 7 x 7 x 7 = 74 = 2401

Que signifient ces nombres ? Commençons avec le plus petit nombre et allons jusqu’au plus grand.

Sept. Comme nous l’avons déjà noté, l’apparition la plus significative du nombre sept est liée aux Sept Maitres Esprits. Il ne pouvait y avoir que sept de ces Esprits, ni plus ni moins. En conséquence, le niveau d’espace superuniversel a été divisé en sept segments principaux – les sept supercréations (185.1) 16:1.1. Chaque Maitre Esprit imprègne un des superunivers et il domine tellement l’environnement de son superunivers que chaque créature native est marquée par la nuance, la coloration caractéristique unique de ce Maitre Esprit particulier (190.12) 16:5.2. Cette marque natale de chaque superunivers est tellement permanente que même les finalitaires se réunissent à raison d’un finalitaire par superunivers (sept finalitaires en tout) quand ils tentent de « dépeindre une relation complète de la Trinité » (191.3) 16:5.5.

Quarante-neuf. Le premier exemple de l’expansion de sept en 49 apparaît lors de la narration de l’origine des Esprits Réflectifs (200.5) 17:3.2. Il y a exactement 49 de ces êtres. sept d’entre eux sont comme le premier Maitre Esprit et ils reflètent sa nature. sept sont comme le deuxième Esprit, et ainsi de suite jusqu’au dernier groupe de sept Esprits Réflectifs qui reflète la nature du septième Maitre Esprit (ibid.). Un Esprit Réflectif de chaque type est stationné sur chaque capitale des superunivers (ibid.). Sur Uversa, par exemple, il y a sept Esprits Réflectifs dont chacun est d’une nature différente parce que réflectif d’un Maitre Esprit différent. Puisque ces Esprits Réflectifs sont aussi créatifs, ce mode d’affectation détermine dans chaque superunivers le potentiel d’apparition de créatures qui montreront sept modes d’accomplissement différents (comme les Maitres Esprits) parce qu' ayant sept natures inhérentes et différemment créées. Puisque ceci est vrai dans Une étude du maitre univers les superunivers, et que chaque supercréation voit son environnement dominé par un des Sept Maitres Esprits, il s’ensuit logiquement que de telles créatures pourraient développer 49 modèles divergents de croissance, puisqu’il y a 49 combinaisons possibles d’hérédité et d’environnement.

Ce potentiel est actuellement exprimé dans l’origine et la croissance évolutionnaire des Conciliateurs univers els (appendice XIV, §7). Les Conciliateurs sont créés d’une façon réflective dans chaque superunivers, avec sept types différents d’hérédité (comme les Maitres Esprits). Puisque ces sept types évoluent chacun dans sept environnements différents (chacun étant dominé par un Maitre Esprit), le résultat net est la production de 49 points de vue différents de la part des Conciliateurs. Nous pensons que l’évolution de ces 49 types de Conciliateurs est une projection dans le deuxième âge de ce qui sera typique des transactions normales du troisième âge de l’univers et des affaires du niveau d’espace primaire.

Il y a , dans les superunivers, sept environnements de base (dominés par les Maitres Esprits). Nous pensons qu’il y aura 49 conditions analogues sur le niveau d’espace primaire.

De plus, nous pensons qu’un tel conditionnement d’environnement créatif aura pour effet la création de 49 natures de base différentes chez les êtres qui seront concernés par les affaires du deuxième niveau d’espace.

Les expansions supplémentaires de sept. Si nous avons établi correctement le modèle en expansion (les exposants) de sept, nous pouvons le suivre jusque sur les trois derniers niveaux d’espace extérieurs – le secondaire, le tertiaire et le quaternaire :

(a) Trois-Cent-Quarante-trois. Les transactions du deuxième niveau d’espace auront probablement pour résultat une diversification supplémentaire de l’expression de divinité. Si nous raisonnons correctement, ce niveau d’espace commencera avec une diversification de divinité de 49 types et ses transactions auront pour effet 343 conditionnements d’une nature liée à l’environnement créatif. Ces 343 diversifications, à leur tour, détermineront les natures des créateurs et des administrateurs qui gouverneront le prochain niveau d’espace.

(b) Deux-mille-quatre-cent-un. Le niveau d’espace tertiaire produira probablement sept fois plus (7 x 343) de conditionnements d'environnement héréditaires que le niveau d’espace précédent. S’il en est ainsi, ceci donnera 2401 natures diverses pour ces êtres qui entreprendront les affaires du niveau d’espace final.

(c) Le niveau d’espace quaternaire. Si ce niveau d’espace final commence par une diversification de divinité liée à l’environnement héréditaire de 2401 expressions différentes, alors, cela donneranaissance à une diversification supplémentaire (septuple) de tels modèles. Pour ces modèles, il semble ne pas y avoir d’issue d’expression créative dans le maitre univers. Cette diversification finale est une expansion possible de sept-puissance-cinq, 16 807 tendances diverses d’environnement créatif.

Cette ligne de raisonnement est-elle raisonnable ou pas ? Nous pouvons la tester. Nous pouvons poser la question : le modèle de création va-t-il dans le sens de l’uniformité ou de la diversité ?

Examinons l’expression originelle du modèle de création ; examinons Havona et son milliard de mondes. Chaque monde est « original, unique et exclusif » — « aucun d’eux n’est semblable » (159.2) 14:5.6 et « chaque monde…est entièrement différent d’un autre monde… » (209.2) 18:2.4 . Le modèle de l’univers est créé sur le principe de la diversité ; il est tout à fait raisonnable de découvrir que les créations post-havoniennes suivront ce même modèle de diversification.

§2. LE NOMBRE DES MAITRES ARCHITECTES

Le nombre donné pour les sept corps des Architectes du Maitre Univers ne semble pas, au premier abord, avoir beaucoup de signification, ni représenter un système ou un modèle  (351.2) 31:9.1. La mise en facteurs arithmétiques de ce nombre, cependant, dévoile, à mesure qu’ils se développent corps après corps, qu’il y a un système ou un modèle distinct totalisant 28 011 êtres pour le groupe entier du corps gouvernant des Transcendantaux, les planificateurs et coordinateurs du maitre univers. Considérez l’analyse suivante de ce nombre.

Le niveau du Paradis. Sur ce niveau, qui est le plus haut niveau, il y a un Architecte, l’Architecte Senior, et il est assisté par les trois Architectes du deuxième corps. L’Architecte Senior coordonne le Paradis et ses trois circuits de satellites. C’est une relation de Un à trois.

Le niveau de Havona. Sur ce niveau, il y a trois Architectes ; ils sont assistés par les sept Architectes du troisième corps. Sur Havona (en excluant les corps de gravité obscurs) il y a dix circuits de sphères habitées, les trois circuits des satellites du Paradis et les sept circuits du milliard de mondes. C’est une relation de trois à sept. (L’apparition du nombre sept à ce point semblerait anticiper la fonction collective ultérieure des Maitres Esprits, celle du deuxième âge, par rapport à l’univers central.)

Le niveau du superunivers. Il y a sept Architectes dans le troisième corps. Il sont assistés par les 70 Architectes du quatrième corps. Ils supervisent le niveau spatial superuniversel, qui est divisé en sept superunivers et subdivisé en 70 secteurs majeurs.

Le nombre sept. Nous devrions noter que le nombre sept fait son apparition dans le troisième corps des Architectes, au niveau superuniversel, et qu’il apparaît à partir de ce point dans le nombre de chaque corps subséquent de ces planificateurs universels. Les Sept Maitres Esprits deviennent fonctionnels à l’aube du deuxième âge de l’univers et par rapport à l’organisation des sept superunivers. La répétition de ce nombre sept, à partir de ce point, suggère qu’il continuera à jouer un rôle important dans les développements qui peuvent survenir dans les créations extérieures de l’espace.

Le niveau d’espace primaire. 70 Architectes sont affectés au premier niveau d’espace extérieur. Ce nombre est le produit de sept fois dix. Ce corps de 70 Architectes prévoit l’administration future (et présente) du premier niveau d’espace extérieur. Nous sommes informés qu’il y a maintenant 70 000 agrégats majeurs de matière dans l’espace extérieur et que chacun de ces agrégats est plus grand qu’un superunivers (354.5) 31:10.19. S’ils sont tous sur le niveau d’espace primaire, alors chaque Architecte (du quatrième corps) semblerait avoir la supervision de mille de ces agrégats physiques. Ceci suggère que chaque Architecte aura juridiction sur une matérialisation de masse grandissante qui est déjà plus importante que mille fois la matérialisation de masse d’un superunivers. Le champ astronomique des Architectes semblerait s’étendre à mesure que nous avançons dans l’espace extérieur.

Nous ne savons pas, mais nous présumons, que les 490 Architectes du cinquième corps serviront d’associés-assistants à ceux du quatrième corps. Si tel est le cas, chaque Architecte du quatrième corps aura sept de ces associés-assistants. Étant donné notre concept de 49 tendances (environnementales héréditaires) possibles sur le niveau d’espace primaire, ceci semble être significatif.

Le domaine de chaque Maitre Esprit sur le niveau d’espace primaire serait composé de 10 000 agrégats de matérialisation de masse sous la juridiction de dix Architectes et de 70 Architectes associés. Le domaine de base de chaque Architecte (du quatrième corps) serait de mille agrégats de matérialisation de masse et il aurait sept associés-assistants.

Le nombre dix. Nous devrions noter que le nombre dix apparaît comme facteur dans le quatrième corps des Architectes. Le nombre semble être un facteur constant à partir de là. Cela suggère que l’Être Suprême est actif sur tous les niveaux d’espace extérieurs.

Le niveau d’espace secondaire. Le cinquième corps des Architectes se chiffre à 490. C’est sept puissance Deux, que multiplie dix (7x7x10). Le nombre dix, comme nous l’avons noté, suggère la fonction continue de l’Être Suprême sur le niveau d’espace secondaire. Le carré de sept (7x7) suggère la surimposition de la nature diverse de chaque Maitre Esprit sur les natures de tous les sept.

Les puissances de sept. Comme dix, sept est un facteur répétitif dans le nombre des Architectes de l’espace extérieur, mais sept est un facteur « en expansion » : sept puissance Un (7 puissance 1=7); sept puissance deux (7² = 7x7 = 49), sept puissance trois (7 puissance 3 = 7x7x7 =343 ) ; et sept puissance quatre (7 puissance 4 = 7x7x7x7 = 2 401). Ceci suggère qu’il y aura une surimposition continue des sept natures (dominant l’environnement) des Maitres Esprits sur les sept propensions créatives (déterminant l’hérédité) de ces mêmes Maitres Esprits, avec une projection des résultats diversifiés de cette relation, sur chacun des niveaux d’espace extérieurs suivants.

Le niveau d’espace tertiaire. Le sixième corps des planificateurs universels se chiffre à 3 430 . Ce nombre est sept puissance trois, que multiplie dix (7x7x7x10 = 3 430). Ou , en d’autres termes, 343x10 = 3 430. L’apparition de cette troisième puissance de sept (49x7) signifie-t-elle une surimposition supplémentaire des natures des Sept Maitres Esprits sur les 49 expressions précédentes ? L’interaction continue de dix et sept suggère la collaboration continue de l’Être Suprême et des Sept Maitres Esprits. Et nous avons une bonne raison de croire que les niveaux d’espace extérieurs sont le lieu où l’association de Déité-duelle de l’Esprit et du Suprême trouvera sa plénitude d’expression. (Voir appendice V, §5 : L’Association Esprit-Suprême).

Le niveau d’espace quaternaire. Les planificateurs universels du septième et dernier corps se chiffrent à 24 010. Ce nombre est sept puissance quatre que multiplie dix. Cela peut être exprimé par : (7x7x7x7x10 = 24 010). sept à la puissance quatre peut représenter une interaction finale entre les natures septuples des Maitres Esprits et la configuration de leur association sur le précédent niveau d’espace (7x49 = 343).Sur le niveau d’espace tertiaire, nous avions affaire au cube de sept (343). Maintenant, sur le niveau d’espace final, nous avons affaire à sept puissance quatre (7x343 = 2 401).

SOMMAIRE : LE NOMBRE DES
ARCHITECTES DU MAITRE UNIVERS

1. Niveau du Paradis 1 = Déité indivise, la Trinité du Paradis
2. Niveau de Havona 3 = Triple personnalisation de la Déité
3. Niveau des Superunivers 7 = Expression septuple de la Déité Trine
4. Niveau d’espace primaire 70 = (3 + 7) x 7 = 10 x 71
5. Niveau d’espace secondaire 490 = (3 + 7) x 7 x 7 = 10 x 72
6. Niveau d’espace tertiaire 3,430 = (3 + 7) x 7 x 7 x7 = 10 x 73
7. Niveau d’espace quaternaire 24,010 = (3 + 7) x 7 x 7 x 7 x 7 = 10 x 74
Nombre total : 28,011

Note : Ce nombre représente une sorte de limite, un épuisement du potentiel de personnalisation du niveau absonite. Il n’a pas été possible d’extérioriser un Architecte de plus, la tentative d’extériorisation du 28 012e Architecte échoua parce que la conceptualisation des Architectes transcendait alors l’absonite et avait « … rencontré le niveau mathématique de la présence de l’Absolu » (352.3) 31:9.10.

Se reporter à (351.2) 31:9.1 des fascicules « Les architectes du Maitre Univers »

Un sommaire du nombre des Architectes. Parce qu’une représentation sous forme de tableau est toujours utile pour visualiser des relations numériques, un tableau est présenté dans le sommaire faisant face à cette page. Là, nous pouvons voir l’expansion des nombres de Un à trois puis sept, et nous pouvons voir trois et sept combinés pour former dix, ce nombre persistant dans les niveaux d’espace extérieurs, avec en plus l’addition du facteur d’expansion de sept – sept puissance un, puissance deux, puissance trois et puissance quatre. Nous pensons que ces nombres ne sont pas dus au hasard. Il n’y a pas plus de hasard en eux qu’il n’y en a dans le nombre des Maitres Esprits – ce nombre sept est inhérent à la situation créative qui est impliquée par l’origine de ces Esprits élevés. Ces nombres ont une signification ; ils ne semblent pas être le résultat d’un simple hasard. Ils semblent exprimer le déroulement des interrelations de la Déité et de la Divinité dans les domaines de la réalité actuelle (et s’actualisant). Considérez ce qui suit :

Un. Ce nombre symbolise l’unité de la Déité. Il pourrait représenter le concept du pré-Père de la Déité Solitaire (l’Infini) et aussi la réalité de l’après-Père de la Déité indivise, la Trinité du Paradis.

Trois. Ce nombre pourrait représenter de nombreuses relations ; la potentialisation triple de réalité absolue ; la projection triple de réalité fonctionnelle en tant que finie, absonite et absolue ; la triple personnalisation du potentiel de réalité expérientielle en tant que Suprême, Ultime et Absolue ; le triple potentiel de la Trinité finale en tant que Trinité des Trinités. Il est probablement très symbolique de la personnalisation triple de la Déité du Paradis en tant que Père, Fils et Esprit.

Sept. Ce nombre symbolise la dérivation de la Déité Septuple à partir de la Déité Triple. C’est la première expression subabsolue de déité expérientielle : horizontalement dans les Sept Maitres Esprits et verticalement dans l’association de Dieu le Septuple.

Soixante-dix. C’est le nombre dix multiplié par sept. Il semble être une réflexion de l’activité personnelle du Suprême en association avec les Sept Maitres Esprits – peutêtre le début de l’association de la Déité-duelle de l’Esprit-Suprême dans le niveau d’espace primaire.

Quatre-cent-quatre-vingt-dix. Ce nombre (7x7x10) suggère la surimposition des sept natures uniques des Maitres Esprits sur les sept natures uniques des ces mêmes Esprits en association avec l’Être Suprême. Cette interaction de sept fois sept apparaît d’abord dans les 49 Esprits Réflectifs. C’est quelque chose Une étude du maitre univers qui est probablement projeté à partir de l’organisation de base du premier niveau d’espace extérieur. Nous pensons que l’organisation de ce niveau d’espace primaire déterminera les natures de ces créateurs et administrateurs qui seront subséquemment chargés de l’organisation et du gouvernement du niveau d’espace secondaire.

Trois-mille-quatre-cent-trente. Ce nombre (7x7x7x10) reflète la deuxième surimposition de sept sur sept ; cette fois-ci , la surimposition de sept sur 49 – sept fois le carré de sept. Ce nombre suggère la complexité de la diversification de divinité projetée du niveau d’espace secondaire sur le niveau d’espace tertiaire.

Vingt-quatre-mille-dix. C’est le nombre du septième corps des Architectes 7x7x7x7x10 = 74x10. Cela semble refléter la quatrième interaction de sept avec sept. Si le modèle des développements précédents se vérifie dans le dernier niveau d’espace, il est probable que la diversification d’environnement de ce dernier niveau d’espace pourrait donner naissance à une diversité de divinité de sept puissance cinq (16 807). Il n’y a pas de possibilité d’expression de cette interaction quintuple de sept-avecsept à l’intérieur du maitre univers. Une telle expression devrait avoir lieu dans quelque création extérieure au niveau d’espace quaternaire.

Expansion de sept de la première à la quatrième puissance. Y a-t-il une raison discernable pour que, dans le nombre des Architectes, le nombre sept s’étende de la première à la quatrième puissance ? Pourquoi pas à la troisième ou à la cinquième ? Nous pourrions prendre acte que les Transcendantaux sont projetés, exactement, sur quatre niveaux ultimes d’activité de personnalité (333.1) 30:1.93. Ceci peut être lié, ou peut ne pas être lié, au fait qu’il y a quatre niveaux d’espace extérieurs. Nous ne devrions pas confondre ces « quatre niveaux ultimes » avec « les sept niveaux de l’absonite » (ibid.). Les sept niveaux de l’absonite sont les sept niveaux fonctionnels du Corps des Maitres Architectes (351.3) 31.9.2.

§3. NATURE DES TRANSCENDANTAUX

On nous informe que les Transcendantaux ne sont pas créés et qu’ ils ne sont ni des créatures ni des créateurs – ils sont des non-créateurs non créés. Nous avons considéré précédemment l’origine des Transcendantaux (appendice VIII, §3). Dans cette étude des techniques tel évènement est une part naturelle de la pensée de Dieu, parce que c’est une conséquence incontournable de « l’élaboration » des plans pour le maitre univers. Les d’extériorisation, nous arrivons à la conclusion que ces êtres viennent à l’existence (arrivent) parce qu’un Transcendantaux ne sont pas créés ; ils arrivent (s’extériorisent) comme une répercussion à la création des plans du maitre univers de la part de Dieu.

Donc ils ne sont ni des créatures ni des créateurs ; ils ne sont pas concernés par la création, comme telle ; ils sont des pré-créateurs (initiateurs) par rapport à ce qui est impliqué dans les plans de Dieu pour le maitre univers.

Ces « non-créateurs non créés » qui s’extériorisent, qui « arrivent », sont un ordre complexe d’existence habitant les régions ouest du Paradis (350.4) 31:8.1. Ils utilisent une forme d’énergie (la tranosta) qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans l’univers (471.2) 33:5.4. Ils sont les superCitoyens du Paradis (350.4) 31:8.1, concernés uniquement par les affaires du maitre univers (350.5) 31:8.2, et ils sont assujettis à Dieu l’Ultime et à la direction de la Trinité du Paradis (350.6) 31:8.3. Ils peuvent faire l’expérience de la croissance, mais leur croissance se fait par des techniques superévolutionnaires (1159.7) 105:7.2 ; ils sont des êtres expérientiels, mais leur technique d’expérience est superexpérientielle (ibid.).

Les Transcendantaux fonctionnent sur sept niveaux de l’absonite (351.3) 31:9.1 et ils existent sur quatre niveaux ultimes d’activité de personnalité (333.1) 30:1.93. Ils travaillent en douze grandes divisions et chacune de ces divisions a mille groupes de travail majeurs, douze mille groupes en tout (ibid.). Chacun de ces groupes de travail majeurs a sept classes (7 x 12 000), ou 84 000 classes de Transcendantaux (ibid.). C’est un nombre important de différents types d’êtres. Les Citoyens du Paradis semblent être plutôt nombreux, mais les groupes de « plus de 3000 ordres » de Citoyens du Paradis (222.4) 19:7.1 sont relativement peu nombreux, comparés aux 84 000 classes de supercitoyens de l’Ile éternelle.

Les mortels arrivant au Paradis peuvent s’associer aux Transcendantaux (300.3) 27:2.3; (350.6) 31:8.3 ; cela est facilité par certains ministres Transcendantaux. Les ascendeurs mortels sont des personnalités, les Transcendantaux sont des superpersonnalités, (350.4) 31:8.1 ; néanmoins, le personnel et le superpersonnel peuvent s’associer (8.4) 0:5.4. Les mortels sont assemblés dans le corps de la finalité par l’Architecte Senior du maitre univers (351.1) 31:8.4.

Les Transcendantaux superpersonnels sont complètement distincts des créations du Fils Éternel qui sont désignées comme êtres autres-que-personnels (77.6) 6:5.3. Une telle progéniture du Fils Éternel réside sur ses mondes près du Paradis (149.5) 13:3.2. Les Transcendantaux pourraient cependant avoir une parenté possible, d’une nature superpersonnelle, avec les représentants superpersonnels du Fils Éternel résidant sur les capitales des superunivers (179.8) 15:10.20, et peutêtre aussi avec les Esprits Inspirés de la Trinité, que l’on pense être superpersonnels en nature. (219.3) 19:5.2. Cependant, nous ne pensons pas que ceci puisse suggérer d’aucune façon une relation génétique. Considérons le raisonnement suivant : dans la Classification des Êtres Vivants du Paradis (330.3) 30:1.1, les Esprits Inspirés de la Trinité sont classés dans le groupe I., classe C., sous la rubrique : Les Êtres d’origine Trinitaire et Êtres Trinitisés ; les représentants superpersonnels du Fils Éternel sont classés sous le groupe VI, Êtres Superpersonnels (333.11) 30:1.103 ; tandis que les Transcendantaux sont classés sous le groupe IV, Êtres Transcendantaux Extériorisés (332.38) 30:1.92.

§4. FONCTIONS DES TRANSCENDANTAUX

Les Architectes du maitre univers (et leurs associés transcendantaux) sont concernés par la mise en œuvre des plans de Dieu. Dieu extériorise ces êtres ; plus tard Dieu crée ces Créateurs Suprêmes (et ces Hauts Administrateurs) qui sont si nécessaires au développement détaillé et à la réalisation cosmique de tels plans. Et, encore plus tard, ces extériorisateurs et ces créateurs s’uniront (avec la déité évolutionnaire) pour apporter la consommation de cette destinée qu’il est possible d’atteindre grâce aux plans que Dieu a conçus et grâce aux potentiels qui ont été établis en accord avec ses plans.

Les Architectes extériorisés sont les « promoteurs » les initiateurs de ce plan. Les créateurs Suprêmes sont les « réalisateurs », les créateurs des existences qui sont projetées dans ce plan. Ils deviennent ensemble (avec la déité expérientielle) les « consommateurs », les réalisateurs de la destinée – la destinée que Dieu a établie dans ce plan.

Apparemment, les fonctions majeures des Transcendantaux sont concernées par le niveau précréatif du plan universel (455.2) 41:0.2. Mais nous ne pensons pas que ce travail soit limité à la direction des Organisateurs de Force et à la production des nébuleuses de l’espace (352.5) 31:9.12; (329.1) 29:5.1. Nous avançons la proposition selon laquelle les Architectes et leurs associés Transcendantaux sont concernés par toutes les phases du plan pour le développement du maitre univers (350.5) 31:8.2. Considérez les propositions suivantes :

(a) La conception-projection de la matière. Il y a une indication claire dans les fascicules (480.3) 42:9.5 que les Maitres Architectes sont les concepteurs de la structure de la matière physique. La stabilité physique et la flexibilité biologique de la matière sont attribuées à leur sagesse approchant l’infini.

(b) La conception-projection des êtres vivants. Il y a un certain ordre d’êtres qui n’est mentionné qu’une fois dans les fascicules (396.1) 36:0.1. Cet ordre est appelé « les Architectes (non révélés) de l’Être ». Ils sont responsables de la formulation des plans ayant pour objet la construction de base des êtres vivants. Les Porteurs de vie des univers locaux travaillent dans le cadre de tels plans. Alors que les fascicules n’en font pas mention, nous avançons l’hypothèse que ces Architectes de l’Être, non révélés, font partie des Transcendantaux.

(c) Le cadre du choix du libre arbitre. La portée de la liberté de choix du libre arbitre est en accord avec le préplan des Maitres Architectes. L’étendue du choix des Créateurs aussi bien que celui des créatures « …opère dans les limites, et en accord avec les possibilités … » qui ont été établies par les Architectes du Maitre Univers pour le grand univers du présent âge (1300.5) 118:7.1. Ce n’est en aucune façon une abrogation du libre arbitre ; c’est une définition des limites du libre arbitre. Les Créateurs Suprêmes peuvent, à leur tour, définir plus avant les limites de la liberté du choix qui peut être exercée par leurs créatures. Ceci est illustré par le dessein créatif des Lanonandeks de Nébadon ; ces Fils de l’univers local furent créés avec « …un très grand degré de liberté personnelle pour faire des choix et des projets » (393.8) 35:9.8. Notre Fils Créateur exerça donc sa liberté de « choix de créateur » dans les limites définies précédemment, limites qui avaient été établies par les Architectes dans leur exercice de « choix précréatif » — choix initiateur.

Toutes ces illustrations relient les activités des Transcendantaux au niveau précréatif du plan universel. Mais une autre transaction nous est connue et elle suggère qu’ils ont une relation continue avec les affaires courantes du présent âge de l’univers :

(d) Intervention absonite. On nous dit que les Ajusteurs Personnalisés sont les « stabilisateurs et compensateurs » des univers (1201.3) 109:7.2 ; ils sont les « …infiniment sages et puissants agents d’exécution des Architectes… » (1201.4) 109:7.4 ; mais on ne les observe pas souvent en action dans les univers (1201.4) 109:7.4. Néanmoins, la fonction de ces Ajusteurs Personnalisés fournit aux Architectes du Maitre Univers une voie d’intervention directe dans les affaires du présent âge de l’univers. Une telle intervention directe dans les affaires évolutionnaires a probablement eu lieu dans notre propre monde en liaison avec la régence récente d’un Vorondandek, quand trois Ajusteurs Personnalisés, non annoncés, sont apparus en présence du Régent (1201.8) 109:7.8, et qu’ils ont été « parmi les plus actifs » des groupes suprahumains alors en opération sur notre monde (1201.8) 109:7.8.

Ces quatre illustrations des activités des Transcendantaux permettent de souligner leurs fonctions par rapport aux plans des univers et par rapport au travail continuel de stabilisation et de compensation des évènements du présent âge de l’univers.

(e) Les sphères de lumière et de vie. Lorsqu’un monde habité a atteint le septième stade de lumière et de vie, certains ministres absonites viennent du Paradis pour servir sur une telle planète ancrée (627.8) 55:4.10. Parmi d’autres services, de tels ministres peuvent « …révéler la présence des finalitaires dans le temple morontiel » (631.2) 55:6.6.

Il y a ici un cinquième exemple de la fonction transcendantale qui semble être impliquée dans l’anticipation de la transition des domaines évolutionnaires depuis l’apogée du développement fini jusqu’au potentiel de croissance superfinie d’un futur âge de l’univers.

§5. SIGNIFICATIONS DU MOT ABSONITE

Les fascicules nous disent que les Transcendantaux ne sont ni infinis ni finis, qu’ils sont absonites (332.38) 30:1.92. Ce mot ne se trouve pas en anglais ; c’est un mot introduit dans les fascicules. Selon l’opinion de l’auteur, c’est un mot inventé – un mot composite. Il semble être construit d’une partie de chacun des deux mots – « absolute » et « finite ». Les deux premières syllabes de « abso – lute » et la dernière syllabe de finite « fi – nite » s’assemblent très bien comme « abso » et « nite » pour faire le mot « abso – nite ». (N.d.T. : Nous avons utilisé les mots anglais « absolute et finite » pour justifier le mot absonite). Ce mot symbolique est tout à fait approprié à une réalité qui n’est ni absolue ni finie, mais qui se trouve entre les deux.

À ce point, il sera utile d’examiner les nombreux usages du mot absonite (et ses dérivés) dans les fascicules. Ce mot a plus d’un emploi et il apparaît sous plus d’une forme :

[ Note de l ’auteur : Les italiques dans les références sont introduits pour mettre le mot en évidence. ]

Un niveau de réalité . Il est utilisé pour désigner le niveau transcendantal de réalité , comme dans la phrase – « le niveau absonite » (2.12) 0:1.12et « les réalité s absonites du Paradis » (12.4) 0:9.1 et les « … valeurs de réalité du fini, de l’absonite et même de l’absolu » (12.5) 0.9.2.

Un niveau de qualité de fonction. Il est utilisé pour désigner une fonction qui est plus que finie, comme – « Déité fonctionnant…en tant que … soutien absonite du maitre univers ». Et, dans le même contexte, « cette fonction absonite » (2.10) 0:1.10.

Un degré d’unification trinitaire, comme dans l’expression – « … unification absonite de la première Trinité expérientielle… » (12.4) 0:9.1.

Des valeurs ultimes. Ces valeurs sont, d’une part, décrites comme « …superpersonnelles absonites de l’espace-temps transcendé et expérientielles qui ont été exteriorisées … » (4.11) 0:2.17.

Un esprit qui peut être effusé. Il désigne un type ou une qualité conjecturée de (super?) esprit qui, selon les enseignements des Melchizédeks, sera (un jour) effusé sur les midsonites par Dieu l’Ultime – « [le don]… transcendantal et éternel de l’esprit d’absonité … » (401.4) 36:4.8.

Une discipline mentale. Il est utilisé pour désigner un ensemble de connaissances organisé qui peut être étudié comme dans l’emploi suivant : – « …le programme progressif de divinité et d’absonité » (343.6) 30:4.31. Dans ce qui peut être un usage similaire, il est utilisé pour désigner une super-philosophie, une façon super-logique de penser la Réalité, comme dans la citation – « ni philosophie ou absonité ne peuvent pénétrer… » (14.5) 0:11.6.

L’éveil superconscient. Il est utilisé comme le membre culminant d’une série ascendante — …conscience finie…transcendance de conscience…[et] la clairvoyance de l’absonité » (1281.5) 117:3.3.

La nature d’un être. Il décrit la nature d’un être, comme dans l’expression – « …les Architectes absonites du maitre univers… » (16.3) 0:12.7, et comme dans l’emploi de – « les peuples absonites » (471.2) 42:2.19. Également, « les absonitaires ne sont pas créés » (2.12) 0:1.12.

La nature de l’origine d’un être. Il décrit la façon dont un être prend origine comme dans la question « …nous pouvons décrire les êtres qui sont personnalisés, mais comment pourrions-nous jamais expliquer un être absonitisé… ? » (334.8) 30:1.114. Et encore, « Les types similaires de messagers-enregistreurs…ne sont pas personnalisés, ils sont absonitisés » (346.7) 31:2.1. Et encore dans un autre exemple : « …il y eut une tentative d’extériorisation…mais…l’absonitisation de cet être échoua… » (352.3) 31:9.10.

Une qualité d’être. En décrivant les Maitres Architectes, les fascicules parlent d’eux comme « …possédant des intelligences maitresses, des esprits superbes et des facultés absonites célestes » (351.2) 31:7.4. Cela doit dénoter une qualité dans un être transcendantal qui est quelque chose d’autre que l’esprit et qui s’ajoute à l’esprit. Sur le niveau fini, l’esprit est quelque chose d’autre que le mental et il s’ajoute au mental.

La question « d’absonité » et « d’absonites » est quelque chose qui est aussi en relation avec les mortels ascendants ; on nous dit qu’avant que les ascendeurs quittent l’univers local, ils atteindront la pleine satisfaction d’égalité de réalisation de soi concernant toutes les activités d’une nature artistique, intellectuelle et sociale. Lorsqu’ils rencontrent un nouveau différentiel d ’esprit, ce différentiel ne sera pas amené à l’équilibre avant qu’ils ne terminent les pèlerinages de Havona. Les ascendeurs prendront alors conscience d’un autre nouveau différentiel, un différentiel absonite, et qui ne sera pas amené à l’équilibre avant qu’ils (suite P. 225) n’atteignent le statut des esprits du septième stade – ceci peut être le statut superfini s. (508.3) 44:8.5. Ces affirmations suggèrent que le développement d’une qualité d’être « divine absonite », est une partie de la croissance évolutionnaire espérée de tous les ascendeurs mortels.

SOMMAIRE DES SIGNIFICATIONS :

INITIATION, RÉALISATION ET CONSOMMATION

Lors de sa discussion sur « l’intégration illimitée de la réalité » , c’està-dire théoriquement à l’intérieur du potentiel de la Trinité des Trinités, les fascicules (1171.5) 106:8.12) utilisent trois groupes de trois mots qui sont, d’une certaine façon, associés par rapport à la séquence du processus de croissance dans les univers expérientiels :

a) Étape d’ouverture: initiateurs commencements causes
b) Étape de suivi: réalisateurs existences intermédiaires
c) Étape finale: consommateurs destinées finals

Les mots « initiation », « réalisation » et « consommation » (ainsi que leurs dérivés proches) sont ,en partie, définis comme suit dans le Webster :

Initiation : « Acte du processus de début ; commencement ; initiation. » (anglais ‘inception’) ,

Initiateur : « celui qui initie un débutant… »

Initier : est employé à tort (en français) pour signifier : « débuter, commencer, entreprendre. (NdT : « Initier » est un anglicisme au sens de : « lancer, instaurer, mettre en œuvre, amorcer, promouvoir, inaugurer, entreprendre, commencer, entamer, mettre en place, enclencher ».)

Réalisation : « Acte de réaliser, ou état de ce qui est réalisé. »

réalisateur : « Celui qui réalise… »

réaliser : « rendre réel ; convertir en actuel ; amener à une existence concrète ; accomplir… »

Consommation : « Acte de consommer ou état d’être consom mé ; achèvement ; perfection ; fin ; but. »

Consommateur : « Celui qui consomme. »

Consommer : « Achever ; amener au plus haut point ou de gré ; compléter ; finir ; accomplir. »

Le niveau absonite de réalité . Considérons enfin un peu plus en détail l’utilisation du mot « absonite » comme étant la désignation d’un niveau de réalité qui est plus que fini, mais moins qu’absolu. Concernant ce niveau, on nous dit que :

(2:12) 0:1.12. Les réalité s absonites n’ont ni commencement ni fin. (ibid.) Les êtres absonites ne sont pas créés – ils s’extériori sent – ils sont simplement.

(ibid.) Les réalité s absonites transcendent le temps et l’espace

(ibid.) L’Ultimité de Déité fonctionne par rapport aux réalités absonite (App.XVIII,§7).

(351.3) 31:9.2. Il y a sept niveaux de l’absonite ; ce sont les sept niveaux de l’affectation fonctionnelle des sept corps des Architectes.

(333.1) 30:1.93. Les Transcendantaux fonctionnent aussi sur ces sept niveaux de l’absonite.

(352.3) 31:9.10. Le niveau le plus élevé de l’absonite empiète sur le niveau absolu.

Déduction : Le niveau le plus bas de l’absonite descend probablement jusqu’à prendre contact avec le niveau fini.

Conclusion : Il est probable que l’absonite relie le fini à l’absolu de la même façon que la morontia comble la brèche entre la matière et l’esprit.

§6. INITIATION, RÉALISATION ET CONSOMMATION

Dans notre examen de la nature et de la fonction des Transcendantaux, nous avons utilisé trois mots qui sortent de l’ordinaire – initiateurs, réalisateurs et consommateurs. Ces mots ont été associés respectivement avec trois autres mots – commencements, existences et destinées. Ces deux groupes de trois mots chacun sont utilisés tels quels dans les fascicules (1171.5) 106:8.12. Les concepts, suggérés par ces deux groupes de trois mots, sont désignés aussi en tant que – causes intermédiaires et finals.

Dans le Sommaire des Significations, faisant face à cette page, nous avons représenté ces neuf mots tels qu’ils sont associés (en groupes de trois) dans les fascicules. Les définitions d’initiation, réalisation et consommation sont aussi données. De cette analyse, nous pouvons déduire que ces mots sont utilisés pour décrire la séquence de l’actualisation de la réalité – au moins telle qu’elle a lieu dans le présent âge de l’univers. Alors que nous examinons l’usage de ces mots, nous voudrions attirer votre attention sur les associations additionnelles suivantes :

(a) Initiation. De la manière que ce mot est utilisé dans les fascicules, il signifie la fonction d’un « initiateur ». Nous comprenons ceci comme signifiant un être précréé ; c’est un être extériorisé. Sa fonction n’en est pas une de création, mais un travail d’organisation et de préparation précréatives pour l’œuvre ultérieure de Créateurs à venir. Un tel initiateur est concerné par les causes ultimes et par les commencements ultimes.

(b) Réalisation. De la manière que ce mot est utilisé dans les fascicules, il signifie les résultats du travail d’un « réalisateur ». Ceci semble être l’œuvre d’un être créé, qui est aussi un Créateur. Son travail est un travail de création – pour rendre réel, pour convertir en actuel, pour amener à une existence concrète. Son œuvre est intermédiaire par rapport à l’initiation précédente et à la consommation suivante.

(c) Consommation. De la manière que ce mot est utilisé dans les fascicules, il pourrait signifier la fonction d’un consommateur (de la destinée ?). Il est possible que cette fonction soit supercréative ou même postcréative. Un consommateur pourrait n’être concerné ni par les « causes » ni par les « intermédiaires », mais plutôt par les finals – des actions de culmination ou de consommation qui conduisent à des destinées. Apparemment, la consommation a lieu sur tous les niveaux – fini, absonite et absolu. On parle de l’Être Suprême comme d’un consommateur (1280.1) 117:2.1 et d’un culminateur (1282.6) 117:3.11. L’Être Suprême, les Maitres Architectes et les Créateurs Suprêmes (dans l’Ultime de la Trinité) fonctionneront en tant que consommateurs de destinée dans le maitre univers (1166.2) 106:3.4. Et, dans la Trinité Absolue, le Suprême et l’Ultime sont associés avec un être non révélé qui est appelé le Consommateur de la Destinée de l’univers (16.4) 0:12.7.

Les Transcendantaux semblent fonctionner comme les premiers acteurs dans une série trine et progressive : ils préparent ; les créateurs produisent ; et ensemble ils finissent. Le plan du grand univers est extériorisé dans les Architectes ; il est amené à l’existence par les Créateurs Suprêmes ; il est consommé dans le parachèvement évolutionnaire de l’Être Suprême et par le parachèvement de l’Être Suprême (1165.6) 106:3.1.

§7. LA SÉQUENCE DE L’ABSONITE

Du point de vue de la séquence historique, les transcendantaux sont à la fois avant et après le fini (1158.3) 105:5.3. En d’autres termes, ils sont à la fois initiateurs et consommateurs en ce qui concerne la réalité finie. En tant qu’initiateurs, dans le sens de la maturation des potentiels, les transcendantaux ultimes fonctionnent pour qualifier et séparer les potentiels des absolus pour qu’ils puissent servir les Créateurs opérant sur le niveau fini de l’existence. (Voir appendice VII §2 : La Maturation des Potentiels.)

Cette double relation peut être exprimée autrement : vus de l’éternité, les transcendantaux semblent apparaître en anticipation du fini ; vus du temps, on les rencontre à la fin de la progression évolutionnaire finie. Il est aussi possible de considérer les transcendantaux comme un « préécho » du fini (1159.6) 105:6.6. Sans le niveau absonite, il n’y aurait pas de plans précréatifs pour le fini ; donc, les transcendantaux sont avant le fini. Du point de vue du progrès évolutionnaire, le niveau absonite est comme le but postfini de toutes les créatures ascendantes ; elles l’atteindront toutes après l’achèvement de leur progression finie. Les transcendantaux semblent ainsi fonctionner comme initiateurs et consommateurs du fini. Ils supportent la relation paradoxale d’être « avant – après » toute existence finie.

Séquence réversible : séquence intemporelle. Dans l’appendice I §3 : l’âge Zéro, nous avons considéré la chronologie de l’apparition des Architectes du Maitre Univers. Dans cette étude, nous avons déduit qu’il était probable que les Architectes étaient présents au moment de l’âge Zéro (l’âge préhavonien) parce que la tradition du Paradis est que l’Architecte Senior et les trois Architectes de Havona contribuèrent au plan de l’univers central (351.5) 31:9.4. Cette étude des fascicules nous a, de plus, conduit à la conclusion que le groupe entier des Architectes du Maitre Univers, tous les 28 011, étaient probablement présents.

On avait noté que les Architectes, en tant que groupe, épuisaient l’étendue de l’absonité avec l’apparition du 28 011e Architecte. Ce fut expérimentalement prouvé par l’essai avorté d’extériorisation du 28 012e Architecte. C’est là qu’il apparut que la conceptualisation des Architectes transcendait l’absonite et rencontrait « …le niveau mathématique de la présence de l’Absolu » (352.3) 31:9.10. Cela signifie que le 28 011e Architecte, le dernier Architecte extériorisé, doit fonctionner au niveau le plus haut de l’absonite, parce que l’Architecte suivant (le 28 012e) se révéla être superabsonite et échoua dans son extériorisation.

Cependant, on nous fait savoir que l’Architecte Senior, le « premier extériorisé » des Architectes, est le seul à fonctionner sur le niveau du Paradis, qui est défini comme le « plus haut niveau de l’absonite » (351.4) 31:9.3. Si c’est le cas, il semblerait que l’Architecte Senior doit avoir été le dernier-extériorisé aussi bien que le premier-extériorisé. Comme nous l’avons déjà noté (dans l’appendice I), l’histoire complète de l’extériorisation des Architectes suggère que notre concept fini de séquence ne soit pas valable sur le niveau absonite – tout au moins pas le concept fini de séquence du temps. Les fascicules nous rappellent que les êtres natifs du Paradis sont parfaitement au courant de « la séquence intemporelle des évènements » (120.3) 11:2.11.

Extériorisation par rapport au temps. L’extériorisation est un évènement qui a lieu soit dans le temps transcendé, soit dans l’éternité. Les êtres absolus n’ont pas d’origine (2.13) 0:1.13). Ils sont, à cet égard, comme les natifs de Havona (1159.7) 105:7.2. Cependant, vue dans la perspective du temps, l’extériorisation est quelque chose qui a eu lieu dans le passé, qui peut avoir lieu dans le présent ou qui pourrait avoir lieu dans le futur. Nous déduisons ceci des spéculations trouvées dans les fascicules concernant le membre manquant dans chaque compagnie de (mortels) finalitaires. Dans le Fascicule 31 est émise l’opinion selon laquelle chaque membre manquant pourrait être « …quelque type de personnalité du Paradis non encore créé, extériorisé ou trinitisé » (350.3) 31:7.5. Cette affirmation indique que l’un des auteurs de ce Fascicule pense qu’un acte d’extériorisation pourrait avoir lieu dans le temps présent ou dans le futur. Or, si l’extériorisation est un évènement supratemporel (ou d’éternité) et si pourtant il peut être un fait du passé, du présent ou du futur (dans la perspective du temps), est-il alors possible que les extériorisateurs du présent ou du futur semblent apparaître rétrospectivement par rapport à une séquence du temps ?

La relation du temps au temps-transcendé. Les fascicules parlent d’une relation entre le temps et le temps-transcendé qui peut entrainer le flou de la séquence du temps fini. Ils suggèrent que le Suprême puisse être capable de projeter certaines prévisions sur les niveaux du supertemps et ensuite renvoyer sur le niveau du temps fini une projection de certaines phases de son état futur. On en parle comme de « …l’Immanence de l’Incomplet Projeté » (56.2) 4:1.10; (1291.10) 117:7.6. C’est essentiellement une invasion du passé-présent fini par le futur-fini via le niveau absonite du supertemps. Il est certainement vrai que le Suprême et l’Ultime sont tous deux capables de laisser présager certaines activités de leurs univers futurs par une certaine technique d’anticipation de la séquence du temps (1291.7-9) 117:7.3-5.

Séquence d’anticipation. Quand une personnalité d’origine extérieure au temps, une personnalité du Paradis, entre dans le flot temporel des évènements d’un monde habité, un tel évènement peut être la cause d’ondes temporelles d’anticipation aussi bien que d’ondes temporelles de conséquence. Considérez la ligne suivante de raisonnement :

Jésus de Nazareth était l’incarnation d’un Fils Créateur du Paradis sur Urantia. Il naquit en l’an 7 avant l’ère chrétienne (1351.5) 122:8.1. Il mourut en l’an 30 de l’ère chrétienne (1987.1) 185:0.1.

Machiventa Melchizedek s’incarna sur Urantia « …1973 années avant la naissance de Jésus… » (1015:1) 93:2.1, ce qui devrait être l’année (1973+7) 1980 avant l’ère chrétienne. Ce Fils de l’univers local vécut 94 ans sur terre (1015.6) 93:2.6, terminant son incarnation en (1980 moins 94) 1886 avant l’ère chrétienne.

Le temps de l’incarnation de Melchizedek (1980 – 1886) est à peu près aus si long avant la vie de Jésus que le temps de l’apparition des fascicules d’Urantia après la vie de Jésus – 1934-1935 de l’ère chrétienne. Puisque Machiventa Melchizédek et les fascicules d’Urantia sont directement concernés par l’effusion de Micaël sur Urantia, il semble probable que les distances de son effusion, approximativement égales dans le temps, soient plus qu’une coïncidence.

§8. LE PRINCIPE DE LA LOGIQUE ORGANIQUE

En essayant de comprendre la technique transformatrice de l’extériorisation, nous semblons avoir découvert un des principes de base qui sous-tendent les transactions du cosmos. (appendice VIII, §3). Nous tenterons de désigner ceci comme « le Principe de Logique Organique ». Il est possible d’exposer ce principe comme suit:

Les actions de la Déité produisent toujours des réactions logiques dans le potentiel de réaction du niveau de réalité concerné.

Nous pensons que cela est vrai parce que la réalité est plus que mécanique, c’est un organisme ; elle est vivante et unifiée comme un organisme, donc elle dévoilera la consistance interne et la réponse active d’un organisme vivant. Nous savons que les mécanismes sont naturellement passifs tandis que les organismes sont naturellement actifs (1227.3) 112:1.13.

La réalité finie est un organisme vivant. Les fascicules présentent l’idée que la réalité est un organisme vivant sur le niveau fini. L’idée est que le grand univers est « un organisme vivant magnifique et sensible » (1276.2) 116:7.1. Les fascicules illustrent ceci par des comparaisons entre :

(1276.2) 116:7.1. Les circuits neuraux d’un corps humain et les circuits d’intelligence du grand univers.

(ibid.) Le système artériel pour nourrir le corps humain et les canaux d’énergie du grand univers.

(ibid.) Le système de contrôle chimique d’un corps humain et les centres comparables de supercontrôle dans le grand univers.

(1276.3) 116:7.2. L’énergie solaire dans le maintien de la vie physique des êtres humains et les énergies du Paradis dans le soutien physique des univers.

(1276.4) 116:7.2. Le mental Adjuvat comme essentiel à la conscience de soi humaine et le Mental Suprême comme essentiel à la conscience du Total Fini – la conscience de la personnalité émergente du grand univers – l’Être Suprême.

(1276.5) 116:7.4. La sensibilité humaine à la gouverne spirituelle et la sensibilité comparable du grand univers au pouvoir d’attraction spirituelle du Fils Éternel.

(1276.6) 116:7.5. L’identification humaine avec la stabilité absolue de l’Ajusteur de Pensée intérieur et la dépendance de l’Être Suprême sur la stabilité absolue de la Trinité du Paradis existentielle.

Ces citations décrivent clairement le grand univers comme un organisme vivant et identifie de la même façon l’Être Suprême comme la personnalisation émergente de cet organisme vivant.

La réalité superfinie en tant qu’organisme vivant. On peut pousser le raisonnement jusqu’à dire : tout ce que le Suprême est au cosmos fini, l’Ultime doit l’être au cosmos absonite, au maitre univers. Si le grand univers est une création vivante qui se personnalise en pouvoir dans le Suprême, le maitre univers doit être alors un organisme vivant analogue qui se personnalise en pouvoir dans l’Ultime. Et, si ces propositions sont valables, la réalité totale doit être aussi un organisme vivant – un organisme vivant absolu. Et cet organisme absolu (existentiel) doit être pénétré par l’Infini – par cet être que nous connaissons en tant que Dieu.

Si nous pouvons envisager la réalité sur chaque niveau comme active, vivante et organique (plutôt que passive, sans vie et mécanique), nous pouvons mieux alors comprendre pourquoi n’importe quel acte de divinité sur n’importe quel niveau produira certaines répercussions de réaction dans l’organisme vivant du niveau concerné. Tout acte de divinité provoquera certaines réponses organiques inévitables, réponses qui sont inhérentes à la perpétuation du modèle symétrique de l’unité organique vivante de la Réalité. Si ce n’était pas le cas, il n’y aurait pas de système (d’harmonie du modèle) dans le cosmos, alors quelque chose manquerait ou serait déplacé e. (1227.7-9) 112:1.17-19. Sur les niveaux spatio-temporels évolutionnaires d’imperfection, il est tout à fait possible de trouver un tel dérangement en tant que fait temporel transitoire – d’où la présence de l’erreur et du mal. Mais, sur des niveaux de réalité plus élevés et superfinis, cela ne pourrait guère être le cas.

Pouvons-nous valider ce principe sur les niveaux superfinis ? Pouvons-nous trouver d’autres preuves de ce principe – le Principe de la Logique Organique ? Considérons les possibilités suivantes :

Logique organique absolue. À chaque fois que Dieu fonctionne « …comme personnalité absolue et non qualifiée, [ Il ] ne peut fonctionner que sous l’aspect du Fils et avec lui… » (109.5) 10:2.1. C’est l’essence du partenariat Père-Fils, et une telle action est une action du Père-Fils. A chaque fois que le partenariat Père-Fils agit, l’Acteur Conjoint réagit, répond (96.1) 8:5.6 ; c’est la fonction de « …un comme deux et agissant pour deux » (112.8) 10:4.5. Si cette action de la part du Père-Fils est l’action de leur totale Déité , alors elle devient « … trois comme un et en un… » (ibid.) – l’action de la Trinité du Paradis. Si une telle action de déité est absolue en valeur, elle devient l’action absolue de la Trinité du Paradis (116.4) 10:8.3 ; et l’action absolue de la Trinité du Paradis produit une réaction d’activation de la Déité totale — de l’Absolu de Déité (116.4-5) 10:8.3-4. Une telle activation de l’Absolu de Déité actionnera, à son tour, l’Absolu Non Qualifié à cause de la présence unifiante de l’Absolu Universel (15.5) 0:11.15. Ainsi, un acte absolu de la part de Dieu se répercutera dans la réalité totale, et la réalité totale lui répondra. L’Absolu Non Qualifié peut être le mécanicien de la réalité totale, mais l’Absolu de Déité en est l’activateur (14.2) 0:11.4. Toutes ces relations devraient bien illustrer la logique organique de la réponse de la réalité Expérientielle totale aux niveaux absolus.

La logique organique de la Déité. Par elle-même, la Déité montre un élément de cohérence mieux connue sous le nom de « …divinité…la qualité caractéristique, unificatrice et coordinatrice de la Déité » (3.3) 0:1.16. Ceci est bien illustré par la manière dont les trinités expérientielles englobent la réalité expérientielle et, à leur tour, donnent expression à l’émergence des déités expérientielles :

(a) Formation de Trinité. « Les fonctions de la Trinité englobent les réalité s de déité » (16.1) 0:12.4. La Trinité du Paradis englobe bel et bien la réalité existentielle de la Déité du Paradis – Père, Fils et Esprit. La Trinité Ultime englobe la réalité de Déité expérientielle fonctionnelle dans le grand univers – l’Être Suprême, les Créateurs Suprêmes et les Maitres Architectes. La Trinité Absolue englobe la réalité de la Déité fonctionnelle dans le maitre univers – le Suprême, l’Ultime et le Consommateur de la Destinée de l’univers (16.3-4) 0:12.7-8.

(b) Personnalisation de la Déité. « …les réalité s de Déité cherchent toujours [à se réaliser]…dans la personnalisation. Dieu le Suprême, Dieu l’Ultime et même Dieu l’Absolu sont donc des inévitabilités divines » (16.1) 0:12.4. Ce sont les expressions expérientielles, les personnalisations de pouvoir, englobant les segments toujours plus grands de réalité par le fonctionnement couronné de succès de la Déité Septuple, de la Trinité Ultime et (peutêtre) de la Trinité Absolue.

Nous croyons que la capacité-de-réponse-de-l’univers réagira toujours à la volonté déterminée de la Déité et de la Divinité ainsi qu’ à ses mandats. L’Absolu Non Qualifié réagit à l’Absolu de Déité ; le maitre univers réagit sans aucun doute aux buts émergents de l’Ultime ; le grand univers est en train de réagir à la souveraineté émergente du Suprême.

Ce même principe demeure vrai, même en ce qui concerne la progression évolutionnaire des êtres humains : « Quand l’homme agit, le Suprême réagit, et cette opération constitue le fait de la progression » (1286.4) 117:5.6.

Foundation Info

ImprimerImprimer

Urantia Foundation, 533 W. Diversey Parkway, Chicago, IL 60614, USA
Téléphone: (numéro vert depuis les Etats-Unis et le Canada) 1-888-URANTIA
Téléphone: (hors des Etats-Unis et du Canada) +1-773-525-3319
© Urantia Foundation. Tous droits réservés