Appendice XIX. La deuxième trinité expérientielle

   
   Red Jesus Text: Activé | Désactivé    Numéros de Paragraphe: Activé | Désactivé
ImprimerImprimer

APPENDICE XIX

LA DEUXIÈME TRINITÉ EXPÉRIENTIELLE

Formation de la Trinité Absolue

Présence de Déité en plusieurs Trinités

La croissance du Suprême

Une comparaison des Trinités

Les évolutions des trinités expérientielles

Non-unification de la trinité absolue

Fonctions de la trinité absolue

L’achèvement du maitre univers et l’accomplissement de la personnalisation-pouvoir de Dieu l’Ultime donnent la possibilité, à la deuxième Trinité expérientielle, d’émerger du statut de réalité qualifiée et de se former en tant que réalité factuelle. S’étant formée comme une réalité factuelle, cette trinité commencera alors le long processus de croissance conduisant à la tentative d’unification expérientielle. Puisque cette trinité est absolue dans l’étendue de sa fonction, il se pourrait qu’elle rencontre une sérieuse difficulté pour parvenir à sa complète unification. Ses buts ne semblent pas avoir de limites discernables et, si c’est le cas, la deuxième Trinité expérientielle, la Trinité Absolue, pourrait se heurter à un degré de frustration plus ou moins grand dans l’accomplissement de la destinée – la tentative d’unification finale.

§1. FORMATION DE LA TRINITÉ ABSOLUE

Loin dans l’éternité, « à l’aube de l’éternité », la Trinité Originelle (la Trinité du Paradis) a projeté deux niveaux subabsolus d’existence (15.7) 0:12.1 ; et il est tout à fait évident que cette affirmation se réfère au niveau fini et au niveau absonite (2.11-12) 0:1.11-12. Puisque la déité tend à s’unifier sur tous les niveaux supramatériels de réalité (2.2) 0:1.2 et puisque les fonctions de trinité tendent toujours à englober les réalité s de déité (16.1) 0:12.4, cette organisation de réalité sur deux niveaux subabsolus semble avoir rendu plutôt inévitable l’apparition des deux trinités expérientielles (15.7) 0:12.1.

Considérons quels développements universels doivent avoir lieu avant que chacune des deux trinités expérientielles puisse commencer à exister en tant que réalité s factuelles.

Formation de la première Trinité expérientielle. Nous avons déjà considéré la façon dont la formation trinitaire a lieu en liaison avec notre étude de la Trinité Ultime (appendice X). Cette trinité semble (maintenant) être une réalité qualifiée (1291.8) 117:7.4, bien que sa formation factuelle doive attendre l’achèvement futur de l’évolution du Suprême (16.3) 0:12.6. La première Trinité expérientielle ne pourra pas se former en tant que réalité factuelle avant la fin du deuxième âge de l’univers, qui sera le témoin de l’émergence complète de la première déité expérientielle – l’Être Suprême. Les trois membres trinitaires requis sont : l’Être Suprême, (la déité de l’Être Suprême), les Créateurs Suprêmes, (l’unification de déité du Corps des Créateurs Suprêmes), et les Maitres Architectes, (l’union de déité du Corps des Maitres Architectes) (appendice X, §3). La fonction de cette trinité est l’unification expérientielle du maitre univers (1165.7) 106:3.2. Puisque le maitre univers a des limites, qu’il est subinfini, cette trinité peut s’unifier en se parachevant (16.5) 0:12.8, et le résultat d’une telle unification est l’émergence de la deuxième déité expérientielle – Dieu l’Ultime (16.3) 0:12.6.

Formation de la deuxième Trinité expérientielle. L’Être Suprême émerge à la fin du deuxième âge – lorsque les sept superunivers ont tous été ancrés dans la lumière et la vie (1292.7-8) 117:7.13-14. Dieu l’Ultime n’émergera finalement qu’à la fin du Sixième âge – lorsque le maitre univers entier aura atteint son but de destinée expérientielle. L’émergence finale et factuelle de la deuxième déité expérientielle rendra possible pour la deuxième Trinité expérientielle de se former en tant que réalité factuelle (1167.2) 106:5.1.

Les membres de la deuxième Trinité expérientielle, la Trinité Absolue, sont indiqués dans les fascicules comme suit (16.4) 0:12.7 :

(a) Dieu le Suprême.

(b) Dieu l’Ultime.

(c) Le Consommateur de la Destinée de l’univers.

Nous voudrions mettre en valeur ici, comme nous l’avons fait auparavant (appendice X, §3), qu’une trinité est toujours une union de trois entités de déité – et non pas de trois personnalités (1167.4) 106:5.3. Ni Dieu le Suprême, ni Dieu l’Ultime ne sont membres de cette trinité au sens personnel ; ces deux déités expérientielles sont membres de cette trinité au sens de déité. En tant que personnalités, les deux existent, fonctionnent et peuvent (ou pourront) être contactées, tout à fait en dehors de l’entité de cette trinité.

Nous ne savons presque rien, en ce qui concerne le Consommateur (non révélé) de la Destinée de l’univers, et sa participation à cette trinité introduit certains facteurs d’incertitude majeurs dans l’estimation possible qui pourrait être faite concernant ses capacités futures, ses fonctions ou sa destinée.

§2. PRÉSENCE DE DÉITÉ EN PLUSIEURS TRINITÉS

Dans l’appendice X, nous avons affronté le problème du grand nombre de personnes qui sont génétiquement concernées par la triple participation de déité dans la Trinité Ultime, et nous attendions avec espoir de la Trinité Absolue qu’elle ne présente pas un tel type de problème. Ceci s’est avéré tout à fait exact. En considérant la Trinité Absolue, nous ne rencontrons pas le problème de réconcilier de nombreuses personnalités avec les trois membres de la Déité. Mais nous avons affaire à un problème différent : c’est le fait d’essayer de comprendre la présence de déités en plusieurs trinités.

L’Être Suprême est présent en tant que déité dans la Trinité Absolue. Auparavant, il sera déjà devenu membre de déité de la Trinité Ultime précédemment apparue. Et, après cela, il entrera dans une troisième participation de trinité — sur le deuxième niveau de la Trinité des Trinités. Récapitulons :

(a) La Déité du Suprême est membre de la Trinité Ultime, la première Trinité expérientielle (1165.7) 106:3.2.

(b) La Déité du Suprême est membre de la Trinité Absolue, la deuxième Trinité expérientielle (1167.2) 106:5.1.

(c) La Déité du Suprême sera présente sur le deuxième niveau de la Trinité des Trinités (1171.7) 106:8.14, et nous avons pensé nommer ce niveau « la troisièmeTrinité expérientielle » (appendice XXIV ).

(Nous devrions aussi noter que l’Ultime est présent en tant que déité dans deux relations trinitaires : la Trinité Absolue (1167.2) 106:5.1 et sur le deuxième niveau de la Trinité des Trinités (1171.8) 106:8.15. Notre étude de la triple présence de déité du Suprême devrait, en principe, servir à répondre à tout problème analogue qui pourrait surgir en ce qui concerne la double présence de déité de l’Ultime.)

C’est le premier exemple d’appartenance à plusieurs trinités que nous avons rencontré – la triple appartenance aux trinités du Suprême et la double appartenance aux trinités de l’Ultime. Cela soulève immédiatement les questions suivantes : Le Suprême n’a-t-il qu’une seule nature de déité, présente trois fois ? Et, s’il en est ainsi, est-il présent de la même façon à chaque fois ? Ou d’une façon différente ? Ou a-t-il trois natures de déité, chacune étant présente dans une trinité ?

Nous pensons que le Suprême n’a qu’une nature de déité ; il est une déité et non plusieurs déités. Nous pensons que sa présence de déité, (et, d’ailleurs, également sa personne) fonctionnera éventuellement, à un degré plus ou moins grand, sur trois niveaux ou plus (en dehors du fini) — l’absonite, le coabsonite et le coïnfini.

Y a-t-il une preuve pour un tel concept de plusieurs niveaux de présence de la Déité Suprême ? Nous pensons qu’il y en a. Le Père agit « …sur trois niveaux de Déité-personnalité de valeur subinfinie et d’expression de divinité relative… » (3.15) 0:2.2. Et il y a de meilleurs exemples encore : notre présente quête du Père Universelest de chercher à le trouver jusqu’aux limites de nos capacités de créatures finies (1287.5) 117:5.14. L’ayant ainsi trouvé, nous nous embarquerons vers la deuxième quête, la recherche du Père Ultime (ibid.). Et enfin nous commencerons sa quête en tant que Père Absolu (645.5) 56:9.11. Le Père est fonctionnel sur tous les niveaux. Or, si le Dieu existentiel, le Père univers el, peut atteindre tous les niveaux vers le bas pour être contacté (de l’absolu au fini en passant par l’ultime) alors, nous ne voyons pas de raison pour laquelle Dieu le Suprême ne pourrait pas atteindre des niveaux analogues expérientiels vers le haut.

S’il n’y a qu’une présence de déité du Suprême et si cette même présence jouit de l’appartenance à plusieurs trinités, y a-t-il alors une différence significative dans la façon dont la Déité Suprême est reliée à ces trinités ? Les fascicules n’ont pas grand-chose à dire sur ce point, mais il y a un passage (1292.2-5) 117:7.9-12 qui éclaire un peu cette question :

(a) Dans la première Trinité expérientielle, la Déité Suprême est engagée dans « la collaboration absonite ».

(b) Dans la deuxième Trinité expérientielle, la Déité Suprême est entrée dans « la relation coabsolue ».

(c) Dans la Trinité des Trinités, la Déité Suprême est présente sur le deuxième niveau et elle est engagée dans « la participation coïnfinie ». (C’est le niveau que nous avons pensé nommer « la troisièmeTrinité expérientielle ».Voir appendice XXIV ).

Ces citations des fascicules nous donnent trois termes qui décrivent trois relations différentes de la Déité Suprême envers les trois trinités :

(a) Collaboration absonite,

(b) relation coabsolue et

(c) participation coïnfinie.

Il y a une différence entre ces trois termes. Ils semblent indiquer que l’Être Suprême est non statique et croît après sa pleine émergence : le parachèvement de l’unification du pouvoir-personnalité et l’ancrage des sept superunivers dans la lumière et la vie. Nous savons que le Suprême est maintenant en train de passer par « …les époques prépersonnelles où se développe le pouvoir expérientiel » (113.6) 10:5.5. Ces différentes relations envers chacune des trois trinités suggèrent qu’il passera aussi par des stades futurs de croissance qui pourraient être désignés comme des ères « postpersonnelles » de développement expérientiel continu.

§3. LA CROISSANCE DU SUPRÊME

Supposons que nous essayions de faire une analyse de toutes les étapes logiques dans la croissance (prépersonnelle et postpersonnelle) du Suprême. Ceci pourrait ressembler à notre effort d’analyse de l’émergence de l’Ultime (appendice XVIII, §1), si ce n’est que notre étude de l’Ultime s’achevait à son émergence finale. Notre étude du Suprême continuera après cette émergence.

Nous pouvons commencer avec le présent statut du Suprême ; il passe en ce moment par « …les époques prépersonnelles où se développe le pouvoir expérientiel » (113.6) 10:5.5. Nous savons qu’il était présent sur Havona avant l’organisation des superunivers (641.4) 56:6.2 ; il est donc passé par un stade d’existence avant la présente ère d’unification de pouvoir-personnalité. Ceci nous donne un point de départ.

Émergence initiale du Suprême. C’est le statut de la personne spirituelle du Suprême dans Havona avant que n’aient commencé les superunivers (641.3) 56:6.2. À ce stade, on en parle comme ayant « …une nature parfaite et symétrique…avant que n’ait commencé la synthèse pouvoir-personnalité…dans les univers expérientiels du temps et de l’espace (161.10) 14:6.23.

Stade de synthèse du pouvoir-personnalité. C’est le présent statut du Suprême, son statut pendant les temps de croissance évolutionnaire des superunivers incomplets et sa propre croissance évolutionnaire (1165.1) 106:2.4. On parle de lui comme étant « Le Dieu Fini » (1283.4) 117:4.2 et, tel qu’il est utilisé en terme de déité, nous pourrions désigner son statut présent comme étant celui d’un « fini incomplet » (1162.3) 106:0.3.

Ces deux catégories — « émergence initiale » et « fini incomplet » — sembleraient couvrir toute la période de croissance désignée comme étant « …les époques prépersonnelles où se developpe le pouvoir expérientiel » (113.6) 10:5.5. Nous présumons que ce « statut prépersonnel » se terminera à la fin du présent âge de l’univers, le deuxième âge.

L’émergence parachevée du Suprême. La fin du deuxième âge, l’ancrage des superunivers, devrait être le témoin de la fin de l’unification du pouvoir-personnalité du Suprême et voir son émergence parachevée (1292.6-10) 117:7.12-16. Au sens de déité du terme, il sera alors devenu ce qui, sous une autre appellation, est « un fini maximum » (1162.4) 106:0.4.

Ceci doit être le statut du Suprême au moment où la Trinité Ultime est en position de parachever sa formation factuelle ; la Déité Suprême a émergé comme une réalité actualisée. Or, si tous les précédents stades de croissance sont appelés prépersonnels, les stades suivants doivent alors être considérés comme étant des ères postpersonnelles (de postémergence) de développement expérientiel en cours.

Croissance transcendantale du Suprême. Il semble que le Suprême entrera dans les stades postfinis de croissance dans le troisième (et subséquent) âge de l’univers, quand les niveaux d’espace extérieurs seront ouverts au développement. Si, à ce moment futur, sous sa direction, toute réalité finie s’embarquera « dans la tentative d’atteindre les niveaux absonites d’aboutissement des supercréatures… » (11.4) 0:7.10, il participera certainement aussi à cette aventure postfinie. À ce stade, nous croyons que le Suprême aura un statut postfini et que son expérience de croissance devrait être classée (au sens de déité de ce terme) comme « transcendantale » (1162.5) 106:0.5.

Le statut Ultime du Suprême. Nous pensons que ce sera le statut du Suprême à la fin du Sixième âge : le parachèvement du maitre univers et le parachèvement de sa croissance transcendantale. Selon les séries ascendantes que nous avons suivies, un post-transcendantal semblerait être « ultime » en statut (1162.6) 106:0.6.

La formation de la Trinité Absolue est un évènement postérieur au Maitreunivers (1167.2) 106:5.1, donc un évènement post-ultime. Nous pensons que l’Être Suprême devient membre de cette trinité en tant que déité post-ultime.

Statut coabsolu du Suprême. La Déité Suprême ne pourrait certainement pas faire partie d’une trinité « absolue » à moins que l’Être Suprême lui-même soit de statut post-ultime. Apparemment, ce qui est post-ultime est (ou deviendra) coabsolu ; et, donc, nous pensons que le Suprême est (ou deviendra) de statut coabsolu comme membre de la Trinité Absolue (1163.1) 106:0.7.

Le statut final du Suprême (son statut sur le deuxième niveau de la Trinité des Trinités) présente de réelles difficultés pour notre compréhension. Mais les fascicules affirment de manière péremptoire qu’il aura un tel statut.

Statut coïnfini (participation ?) du Suprême. Nous pouvons trouver quelque réconfort dans notre perplexité, quant à ce statut, par un commentaire qui est fait par l’auteur du Fascicule 117, et qui dit : « …nous n’avons pas de concept satisfaisant quant à ce que cela signifie réellement » (1292.5) 117:7.11. Cependant , cela a une signification évidente et minimale : la Déité Suprême est un membre direct d’une Trinité des Trinités (potentiellement) infinie (16.6) 0:12.9 ; il est présent en déité sur le deuxième niveau de cette Trinité (1171.7) 106:8.14.

Nous pouvons peutêtre améliorer notre compréhension en nous souvenant de certaines distinctions qui sont faites dans la description des relations de la Déité Suprême avec les trinités concernées. On nous dit (1292.3-5) 117:7.9-11 que la Déité Suprême collabore absonitement dans la Trinité Ultime, maintient des relations coabsolues dans la Trinité Absolue et participe d’une manière coïnfinie dans la Trinité des Trinités.

Mais, sans tenir compte du problème de visualisation de ces différents modes de fonction de la Déité Suprême, cette ligne de raisonnement nous a au moins aidés à une meilleure compréhension des trois relations de trinité de cette déité. Nous pouvons maintenant essayer de définir les trois niveaux et la fonction de cette déité dans trois trinités différentes :

(a) Dans la première Trinité expérientielle, la Déité Suprême passe par des stades transcendantaux de croissance, collabore absonitement dans cette trinité et se développe en direction du statut ultime.

(b) Dans la deuxième Trinité expérientielle, la Déité Suprême doit être de statut post-ultime, elle est (ou deviendra) de statut coabsolu – du moins elle sera (ou deviendra) capable d’avoir « des relations coabsolues ».

(c) Dans la troisièmeTrinité expérientielle (le deuxième niveau de la Trinité des Trinités), la Déité Suprême participe d’une façon coïnfinie aux fonctions de cette triple trinité, qui est quelquefois définie comme « la Trinité Infinie existentielle-expérientielle » (16.6) 0:12.9.

Nous devons avoir affaire aux présences plurales de la Déité Suprême (si ce n’est cela, c’est quelque chose de semblable) – fonctionnant simultanément sur trois différents niveaux de réalité et dans trois différentes relations trinitaires. (Comme les fascicules le notent (31.8) 1:7.8, nous rencontrons un problème similaire en réconciliant les trois personnes de la Déité du Paradis qui travaillent individuellement et collectivement en tant que personnalités, et qui font tout ceci simultanément avec leur indivisibilité de déité dans la Trinité du Paradis. Tout ceci implique un niveau d’action qui est tout à fait indépendant du temps et de l’espace).

La croissance postpersonnelle de l’Ultime. À partir de l’analyse précédente de la croissance du Suprême, nous voudrions supposer que l’Ultime doit aussi faire l’expérience des phases postpersonnelles de croissance et que cette Déité Ultime doit aussi passer par les niveaux postultimes jusqu’à aboutir à des « relations coabsolues » dans la deuxième Trinité expérientielle. À partir de ce niveau fonctionnel, la Déité Ultime doit passer par une sorte de croissance, qui permettra « la participation coïnfinie » dans les fonctions du deuxième niveau de la Trinité des Trinités.

§4. UNE COMPARAISON DES TRINITÉS

Pour arriver à une meilleure compréhension de la nature et des relations de la deuxième Trinité expérientielle, il serait utile de faire une comparaison de ces trois trinités. En faisant cette comparaison, nous évaluons une trinité existentielle (la Trinité du Paradis) et deux trinités expérientielles (la Trinité Ultime et la Trinité Absolue) :

(a) La Trinité du Paradis. Cette trinité est à la fois existentielle et infinie (15.8) 0:12.2. Elle est déité indivise (112.5) 10:4.2. Son unification est parfaite et éternelle (641.1) 56:5.4.

(b) La Trinité Ultime. Cette trinité est expérientielle et subinfinie (1168.4) 106:6.5 . Elle peut accomplir son unification complète (16.5) 0:12.8 parce que les buts impliqués dans sa destinée sont aussi subinfinis (1167.6) 106:6.1.

(c) La Trinité Absolue. Cette trinité est d’origine et de nature expérientielles, mais sa fonction « empiète sur les Absolus existentiels » (1168.4) 106:6.5. Si cette trinité pouvait réellement s’unifier dans le sens final et universel, elle factualiserait expérientiellement Dieu l’Absolu à partir du potentiel existentiel de la Déité Absolue (16.4) 0:12.7. Mais cette trinité n’est pas infinie ; elle comprend des déités dérivées (15.9) 0:12.3 ; il semble donc improbable qu’elle puisse jamais parachever son unification complète (16.5) 0:12.8. Elle est subinfinie, mais ses objectifs ne le sont pas ; ses objectifs sont illimités (1168.2) 106:6.3, ils ne peuvent donc pas se réaliser jusqu’au bout (1168.6) 106:6.7.

Chacune de ces trinités est une entité unique ; aucune ne ressemble à l’autre ; chacune d’elle est différente. La Trinité Ultime réalise un cycle complet de croissance expérientielle – de la réalité qualifiée à la réalité factuelle et jusqu’à la réalité unifiée – les trois stades du commencement, de la formation et de l’unification. La Trinité Originelle n’a pas « d’origine » dans le sens factuel temporel de ce mot ; la Trinité du Paradis, étant éternelle et infinie ne pourrait guère faire l’expérience de la croissance. La dernière trinité, la Trinité Absolue, a une origine réelle, mais elle peut être frustrée dans l’acquisition de la destinée. Elle peut connaître le commencement et la formation, mais il se pose une sérieuse question quant à son unification finale – l’accomplissement de la pleine destinée.

§5. LES ÉVOLUTIONS DES TRINITÉS EXPÉRIENTIELLES

Il y a une déclaration dans les fascicules (641.1) 56:5.4 qui fournit la clef, le thème, de cette section particulière de notre étude :

Dans le système Paradis-Havona, l’unité de Déité est un fait, mais, dans les univers évoluants, l’unité de Déité est un accomplissement.

La Trinité du Paradis peut avoir des potentiels inexprimés d’une nature expérientielle (15.8) 0:12.2, mais elle ne pourrait certainement pas avoir la capacité d’une croissance interne d’une nature unifiante existentielle. Les deux trinités expérientielles passent cependant par des étapes de croissance. Elles semblent suivre un procédé de croissance qui a (au moins) trois stades :

(a) La réalité qualifiée – commencement, réalité limitée.

(b) La réalité factuelle – formation, réalité unifiante.

(c) La réalité unifiée – destinée, réalité parachevée, unité de déité.

Examinons maintenant le procédé de croissance des deux trinités expérientielles pour voir comment elles traversent ces trois étapes.

Évolution de la Trinité Ultime. La première Trinité expérientielle semble passer par (au moins) les trois stades, ou niveaux de croissance, suivants :

(a) Réalité qualifiée. Précédant l’émergence de l’Être Suprême (et l’évolution de déité parachevée du Corps des Créateurs Suprêmes), cette trinité ne peut être entièrement factuelle en tant qu’entité. De ce triple partenariat, seul le Corps des Maitres Architectes du Maitre Univers est au complet (352.3) 31:9.10. Même le Corps des Créateurs Suprêmes n’est maintenant au complet qu’en ce qui concerne les 7 Maitres Esprit et les 21 Anciens des Jours ; il manque tous ces Fils et Esprits des Univers qui n’ont pas encore été commissionnés pour servir en tant que créateurs dans les univers locaux de l’espace-temps (165.6) 15:2.1. Néanmoins, on nous dit que cette trinité est présentement capable d’accomplir une fonction limitée en tant que réalité qualifiée (1291.8) 117:7.4. Nous pourrions peutêtre penser à cette trinité, à ce stade de croissance débutante, comme à une « réalité en devenir », comme à une réalité qui n’est ni entièrement existante ni entièrement non existante.

(b) Réalité factuelle. La Trinité Ultime entrera vraisemblablement dans le deuxième stade de croissance à la fin du deuxième âge de l’univers, quand les trois membres de déité seront présents sur la scène de l’action en tant qu’êtres factuels – êtres de statut parachevé. Alors, la Trinité Ultime peut se former en tant que réalité factuelle et actuelle. Elle peut maintenant fonctionner, dans le sens factuel, mais elle n’est pas encore une réalité unifiée, seulement une réalité unifiante. (Vraisemblablement, elle passera par plusieurs étapes intermédiaires d’unification croissante au fur et à mesure que les quatre niveaux d’espace extérieurs seront, un par un, amenés au parachèvement de leur développement.)

(c) Réalité unifiée. La Trinité Ultime ne peut guère accomplir le statut de réalité unifiée avant la fin du Sixième âge et le parachèvement du maitre univers tout entier (1165.7) 106:3.2. Alors, la première Trinité expérientielle aura accompli tous ses buts originaux – l’unification du maitre univers, sa propre unification et sa contribution à l’émergence finale de Dieu l’Ultime.

Cette histoire de l’évolution de la Trinité Ultime semble présenter le tableau complet de la pleine croissance d’une Trinité expérientielle – de la réalité qualifiée à la réalité factuelle et jusqu’à la réalité unifiée – avec, comme conséquence, la personnalisation d’une nouvelle déité expérientielle.

Évolution de la Trinité Absolue. Les fascicules ne disent rien qui puisse nous faire suspecter que les stades initiaux de la croissance de la Trinité Absolue pourraient être particulièrement différents de ceux de la Trinité précédente. En conséquence, supposons qu’il y ait les trois mêmes stades de croissance probables et suivons l’histoire une seconde fois :

(a) Réalité qualifiée. Cette trinité ne pourrait certainement pas s’unifier comme union factuelle de déité si ce n’est après l’émergence du Suprême et de l’Ultime, mais, même maintenant, elle pourrait être une réalité qualifiée. Dieu le Suprême et Dieu l’Ultime sont maintenant présents dans un sens limité et qualifié (162.4) 14:6.29.

(b) Réalité factuelle. La formation actuelle de la Trinité Absolue ne pourra avoir lieu en tant que réalité factuelle qu’à la fin du Sixième âge, lorsque l’unification de la Trinité Ultime et le parachèvement du maitre univers dévoileront l’émergence de Dieu l’Ultime (1168.6) 106:7.1.

(c) Non-unification. Cette trinité ne peut pas s’unifier. Ses buts expérientiels sont absolus et sa tentative illimitée pour l’unification finale va rencontrer la cruelle réalité de l’infinité (1168.1) 106:6.2.

Ici, nous sommes dans une réelle impasse, un véritable ‘pat’. La croissance de la deuxième Trinité expérientielle s’étend sans limites vers l’extérieur — dans un potentiel illimité. Dans notre étude, nous en parlons comme de la Barrière de l’Infinité et parfois nous y référons comme à l’Impasse des Absolus.

§6. NON-UNIFICATION DE LA TRINITÉ ABSOLUE

Les fascicules ont beaucoup à dire sur les problèmes d’unification que rencontrera la deuxième Trinité expérientielle :

(1168.1) 106:6.2. Le maitre univers fournit une base expérientielle très valable pour la formation de cette trinité, mais sa fonction implique quelque chose de beaucoup plus vaste que la maitresse création.

(1168.2) 106:6.3. Supposons la possibilité d’une scène spatiale au-delà du maitre univers, quelque chose comme un cosmos infini. Nous avons alors un cadre valable pour la pleine fonction de cette trinité. Et, si cette trinité fonctionnait complètement, s’unifiait jusqu’au bout, ceci aboutirait (en théorie) à la pleine et « absolue actualisation de tous les potentiels ».

Cela signifierait l’actualisation (l’épuisement complet) des trois Absolus de Potentialité –Absolu de Déité, Absolu Non Qualifié et Absolu univers el. Lorsque ces absolus sont considérés comme une association fonctionnelle triple, ils sont appelés la triodité de Potentialité (1551.7-11) 104:5.7-11. En ce qui touche la nature de cette triodité, on nous dit que :

(1151.11) 104:5.11. La triodité de Potentialité est l’association des « …réservoirs d’infinité de toute réalité d’énergie latente — spirituelle, mentale ou cosmique… ». Dans son potentiel, elle est infinie.

(1168.6) 106:7.1. Il est tout simplement impossible d’épuiser expérientiellement une infinité quantitative.

Ici encore, par une analyse plus précise, nous avons atteint ce que notre étude a nommé la « Barrière de l’Infinité et l’Impasse des Absolus ». La Trinité Éternelle du Paradis peut passer outre à cette Barrière d’Infinité parce qu’elle est infinie, mais elle est la seule trinité actuellement infinie (15.8) 0:12.2 ; les deux trinités post-havoniennes, les trinités expérientielles, ne le sont pas (15.9) 0:12.3 ; (1168.4) 106:6.5.

(1168.3) 106:6.4. Mais la deuxième Trinité expérientielle est, en fonction totale, « réellement absolue ».

D’un point de vue quantitatif, nous ne pouvons pas valider ce concept, donc, examinons ce concept d’un point de vue qualitatif. Ici, nous avons la première lueur permettant d’envisager d’échapper au paradoxe produit par une situation dans laquelle « la force irrésistible » d’une trinité absolue rencontre le « fait inébranlable » de l’infinité de la triodité de Potentialité. La distinction vitale que nous devrions faire ici est la suivante : il est raisonnable de supposer la possibilité d’atteindre la qualité absolue sans, au même moment, avoir à atteindre la quantité absolue. La valeur de qualité et le fait de quantité ne semblent pas être inséparables.

Il semble raisonnable de supposer que la deuxième Trinité expérientielle a la capacité de fonctionner sur les niveaux absolus, mais seulement d’une façon limitée et subinfinie, et non pas avec un champ d’universalité. Si nous acceptons une telle limitation quantitative, nous pouvons logiquement présumer qu’une telle fonction ne pourrait être diminuée quant à l’absoluité expérientielle de sa valeur. Nous concevons maintenant les fonctions de la Trinité Absolue comme ayant des limitations quantitatives, mais non qualitatives. A la lumière de ce raisonnement, considérez les citations suivantes :

(1167.2) 106:5.1. La Trinité Absolue a théoriquement la capacité d’activer les trois Absolus de Potentialité.

Déduction : Ceci arrivera, mais non dans un sens universel, seulement d’une façon limitée (mais en expansion continuelle).

(16.4) 0:12.7. Si cette trinité pouvait accomplir son unification dans le sens universel (d’infini et de quantité), cela rendrait la Déité Absolue expérientielle.

Déduction : Ce procédé commencera et continuera éternellement, mais il n’atteindra jamais le parachèvement.

(1168.5) 106:6.6. L’action d’éternité de cette trinité aboutira à une expérientialisation graduelle des trois Absolus de Potentialité.

Observation : Cette affirmation appuie la déduction précédente

(16.1) 0:12.4. Les fonctions d’une trinité englobent toujours des réalité s de déité. Les réalité s de déité tendent toujours à se personnaliser. Les résultats de la fonction de trinité donnent donc expression à de nouvelles personnalisations de déité.

Nous en déduisons finalement que la Trinité Absolue sera, d’une certaine façon, capable d’accomplir une « expérientialisation » limitée des Absolus, mais qu’elle sera frustrée dans ses efforts pour « expérientialiser » Dieu l’Absolu à partir du potentiel existant de la Déité Absolue. Cet accomplissement demanderait l’unification complète de cette trinité ; cette unification demanderait le parachèvement du cosmos infini dans son évolution illimitée ; et la Trinité Absolue ne peut pas englober l’infinité.

Mais il y a, dans les fascicules, une autre affirmation qui peut ouvrir des perspectives de spéculation sans fin :

(1169.2) 106:7.3. La Trinité du Paradis établit la destinée. Une telle destinée est insufflée dans les trois Absolus de Potentialité ; « …la destinée est probablement consommée par [le]…Consommateur de la Destinée de l’univers … » et cette transaction implique probablement le Suprême et l’Ultime dans la deuxième Trinité expérientielle.

Ce Consommateur non révélé de la Destinée peut être à la deuxième Trinité expérientielle ce que les Maitres Architectes sont à la Première ; les deux ajoutent quelque chose de préexistant à la trinité émergente de leur partenariat. La signification qui pourrait être attachée à l’affirmation « …la destinée est probablement consommée par le …Consommateur de la Destinée de l’univers … » est un sujet de pure conjecture. D’une certaine façon, une partie de La Barrière d’Infinité sera franchie par l’action de cet être inconnu – agissant peutêtre seul, mais plus probablement agissant en conjonction avec la deuxième Trinité expérientielle. Mais nous doutons encore qu’une telle action aboutisse à la personnalisation de Dieu l’Absolu à partir des potentiels de la Déité Absolue, du moins par un procédé d’unification trinitaire.

§7. FONCTIONS DE LA TRINITÉ ABSOLUE

Nous avons déduit que les membres de déité expérientielle de la Trinité Absolue sont tous deux de statut post-ultime au moment de la formation factuelle de cette trinité (Voir §3 ci-dessus). En fait, qu’est-ce qui leur permet d’entrer dans des relations qui sont coabsolues en nature ? (1292.4) 117:7.10. On nous a fait savoir que les fonctions trinitaires excèdent toujours la somme des attributs de leurs membres associatifs (113.3) 10:5.2. Cela doit être les conséquences superadditives de la formation trinitaire qui assure que les membres de la déité, postultime en statut, deviendront coabsolus. De plus, il y a la présence imprévisible du Consommateur de la Destinée.

On nous dit que la Trinité Absolue « …fonctionne sur des niveaux à la fois personnels et superpersonnels, et même jusqu’aux frontières du non-personnel… » (16.4) 0:12.7. Cela doit être vrai, parce que les fonctions de cette trinité empiètent sur les trois Absolus, et c’est quelque part au voisinage de cette relation que « la Déité fait l’expérience de l’épuisement du potentiel personnalisable » (4.12) 0:2.18. Apparemment, la fonction de la Trinité Absolue a surtout affaire avec le cosmos infini et avec la tentative effective de la consommation de ce cosmos.

La deuxième Trinité expérientielle est le supertotal de la dérivation expérientielle finale de l’unification finale pouvoir-personnalité dans la totalité du maitre univers. Comme l’Ultime est l’expression totale, de même cette trinité est l’expression supertotale du maitre univers en tant que troisième et dernier univers nucléaire. La Trinité Absolue est une dérivation du maitre univers, mais ses fonctions semblent être tournées vers l’extérieur et au-delà du maitre univers, vers l’extérieur et en direction d’un domaine plus vaste, vers un domaine sans limites (1168.1-2) 106:6.2-3.

Foundation Info

ImprimerImprimer

Urantia Foundation, 533 W. Diversey Parkway, Chicago, IL 60614, USA
Téléphone: (numéro vert depuis les Etats-Unis et le Canada) 1-888-URANTIA
Téléphone: (hors des Etats-Unis et du Canada) +1-773-525-3319
© Urantia Foundation. Tous droits réservés