Appendice VI. Déité - totale dans les âges d’univers

   
   Red Jesus Text: Activé | Désactivé    Numéros de Paragraphe: Activé | Désactivé
ImprimerImprimer

APPENDICE VI

DÉITÉ - TOTALE DANS LES ÂGES D’UNIVERS

Les sept niveaux de fonction de la Déité-totale

Les niveaux précréatifs de fonction de la Déité-totale

Paradoxes dans le statut de Havona

Le mécanisme existentiel

Mécanismes expérientiels de fonction de la Déité-totale

Le deuxième âge de l’univers

Les âges post-suprême

Le mécanisme existentiel-expérientiel

Dans l’appendice I — Les antécédents du maitre univers — nous avons étudié l’arrière-plan d’éternité du maitre univers. Nous avons commencé avec le premier âge de l’univers, l’âge de Havona, et nous sommes revenus en arrière dans ce concept pour explorer l’éternité passée. Nous sommes allé aussi loin que nous le pouvions, en commençant avec le concept d’un âge Zéro ; puis nous avons examiné le concept pré-Zéro, et même pris en considération le concept Avant-pré-Zéro. Dans l’appendice IV, §1 — Succession et Relation des âges d’univers — nous avons fait l’inventaire de tous les âges de l’univers s : l’âge de Havona (le premier âge), l’âge des superunivers (le deuxième âge, le présent âge), les âges post-suprême des quatre niveaux d’espace extérieur, et l’âge postultime du maitre univers achevé.

Nous avons maintenant l’intention d’associer ces différents âges d’univers avec ce que les fascicules ont à dire au sujet des sept niveaux sur lesquels la Déité-totale fonctionne. Dans l’appendice précédent, nous avons étudié les premières opérations de Déité-duelle dans les âges d’univers ; nous allons maintenant examiner les fonctions de consolidation de la Déitétotale dans ces mêmes âges.

§1. LES SEP T NIVEAUX DE FONCTION DE LA DÉITÉ TOTALE

Les fascicules nous informent (2.3) 0:1.3 que la Déité-totale fonctionne sur les sept niveaux suivants : statique, potentiel, associatif, créatif, évolutionnaire, suprême et ultime. Puisque ces niveaux semblent être donnés en séquence, il est possible de faire certaines déductions à leur sujet. Les niveaux premiers nommés – statique, potentiel et associatif – pourraient être considérés comme des niveaux précréatifs ; ce sont des niveaux de fonction de déité qui sont avant le niveau créatif. Les deux niveaux suivants – créatif et évolutionnaire – pourraient être appelés des niveaux centrifuges ; ce sont des niveaux sur lesquels la déité est, d’expression, distributive et en expansion. Les deux derniers niveaux pourraient être appelés niveaux centripètes ; sur les niveaux suprême et ultime ont lieu les consolidations finies et absonites de toutes les expressions créativesévolutionnaires de déité. De plus, nous sommes informés (4.10.11) 0:2.18 que le niveau ultime est un niveau créatif final. Nous pourrions donc en déduire que tout ce qui pourrait se situer au-delà de ce niveau pourrait être correctement appelé supercréatif (4.12) 0:2.18. Si ce raisonnement est valable, nous pourrions alors grouper les sept niveaux de fonction de la Déité-totale en trois classes principales :

(a) Les niveaux précréatifs. Ces niveaux sont statique, potentiel et associatif. Il semblerait que la déité fonctionne sur tous ces niveaux avant l’existence du maitre univers.

(b) niveaux centrifuges. Ce sont les niveaux créatif et évolutionnaire; ils semblent appartenir aux époques post-havoniennes du développement du maitre univers.

(c) niveaux centripètes. Les niveaux suprême et ultime semblent aussi appartenir aux époques post-havoniennes de croissance et de développement du maitre univers. Sur le niveau suprême, la réalité finie atteint la personnalisation-pouvoir dans l’Être Suprême ; sur le niveau ultime, toute réalité transcendantale (absonite) se personnalise en pouvoir dans Dieu l’Ultime.

Ces trois classifications rendent compte des sept niveaux de fonction de la Déité-totale. S'il y a des niveaux supercréatifs, ils doivent alors être reliés aux affaires et aux fonctions de déité postérieures au maitre univers ; le niveau Ultime est le dernier de ces sept niveaux et les niveaux supercréatifs seraient donc post-ultimes.

§2. NIVEAUX PRÉCRÉATIFS DE FONCTION DE LA DÉITÉ TOTALE

Les niveaux « précréatifs » sont les niveaux de fonction statique, potentiel et associatif de la Déité-totale. Voyons comment ces niveaux de fonction sont reliés à notre exploration précédente de l’éternité passée. Commençons aussi loin que nous l’avons fait auparavant, et procédons en partant de nos concepts projetés d’éternité passée jusqu’à la réalité actuelle.

(a) Derrière le pré-Zéro (appendice I, §5). Nous l’avons appelé « le troisième âge antéunivers » et il va aussi loin dans l’éternité passée que nous avons pu le pénétrer en concept. Apparemment, ceci nous conduit complètement en arrière jusqu’au « moment d’éternité statique hypothétique ». Les potentiels n’ont pas encore fait leur apparition (1153.22) 105:1.5. Ceci semblerait être le niveau statique de fonction de la Déité-totale (existentielle). Nous devrions nous souvenir que la fonction de déité sur ce niveau est une réalité continue, présente maintenant comme dans l’éternel passé et l’éternel futur.

(b) Le Concept pré-Zéro (appendice I, §4). Nous l’avons appelé « le deuxième âge ante-univers ». À ce point, nous pouvons présumer de l’apparition des potentiels — la séparation de l’Absolu Qualifié (l’Absolu de Déité) de l’Absolu Non Qualifié (l’Absolu inconditionné). Cette séparation doit extérioriser l’apparition du niveau potentiel de fonction de la Déité-totale. Une telle apparition des potentiels semble aussi évoquer un degré de fonction associative, l’action associative de l’Absolu Universel amenant l’unification des deux autres Absolus – « en infinité, ils sont UN » (15.5) 0:11.15. Mais cette activité associative est prépersonnelle, préfraternelle et prétrinitaire.

(c) L’âge Zéro (appendice I, §3). Nous l’avons appelé le « premier âge ante-univers ». La Déité-totale continue d’agir sur les niveaux statiques et potentiels, mais nous rencontrons maintenant une expression de deuxième stade du niveau associatif – l’association du Père Universel et du Fils Éternel. Le niveau associatif est maintenant devenu personnel, mais il est encore préfraternel et prétrinitaire. Nous émettons l’avis que les évènements de l’âge Zéro sont encore précréatifs. Ni le Fils ni l’Ile du Paradis ne semblent être les « créations » du Père Universel ; ils semblent être plus de l’ordre des « dépouillements », ou « expressions », que le préPère fait en devenant le Père du Fils Éternel (109.5) 10:2.1et la Source du Paradis Éternel (127.1) 11:9.3.

(d) Le premier âge de l’univers (appendice I, §1). C’est l’âge de Havona. Lorsque nous l’atteignons, nous avons complété la traversée des concepts de préréalité et atteint un stade de réalité factuelle. Dans le premier âge, la déité continue à fonctionner sur les niveaux statiques et potentiels, et elle complète maintenant le niveau associatif, au moins en termes de déité existentielle. L’apparition de l’Esprit Infini rend ce niveau fraternel, et la formation de la Trinité du Paradis semble le consommer dans l’union absolue de la déité existentielle.

Jusqu’à présent, notre étude sur le déroulement des fonctions de la déité, âge après âge, s’est faite très facilement, mais nous allons rencontrer des problèmes lorsque nous examinerons la nature de l’univers central.

§3. PARADOXES DANS LE STATUT DE HAVONA

Une étude approfondie du statut de l’univers central et éternel dévoile plus d’un paradoxe. Havona semble être l’univers parfait qui fut « créé » par la Trinité du Paradis, mais on nous dit qu’il ne fut jamais réellement créé ! (91.6) 8:1.9 et (1159.7) 105:7.2. Nous voudrions suggérer que la « création » de Havona est une action d’éternité et qu’un tel évènement d’éternité est réellement précréatif. Si cette ligne de raisonnement est valable, il y a alors deux façons de considérer Havona :

(a) Havona Précréatif. C’est le concept de l’univers central et divin dans le prétemps, l’éternité passée. C’est Havona dans le premier âge de l’univers– une existence isolée en ce qui concerne les créations extérieures. Il a des relations dirigées intérieurement vers le Paradis, mais pas de relations extérieures, parce qu’il n’y a rien d’extérieur à Havona (appendice I, §1 et appendice IV, §4-A).

(b) Havona Postcréatif. C’est le concept de l’univers central dans les âges post-havoniens, le concept de Havona aujourd’hui tel qu’il est relié aux superunivers qui l’entourent. C’est l’univers central après l’aube du deuxième âge, après l’émergence dans Havona d’êtres originaires du temps, tels que le Suprême et l’Ultime, et après l’apparition additionnelle d’êtres créés, tels que les Esprits des Circuits, les centres de pouvoir de Havona, les supernaphins secondaires et les servites de Havona. Une grande partie de la création factuelle (orientée dans le temps) a déjà eu lieu. D’un point de vue fonctionnel, dans le deuxième âge, Havona fonctionne exactement comme un univers créé – il fonctionne comme l’univers modèle qui fut créé en perfection divine (appendice IV, §4-B).

Jusqu’à présent, nous avons tracé le développement de la déité existentielle sur les niveaux statiques potentiels et associatifs, et la Déité du Paradis fonctionnait sans aucun doute sur tous ces niveaux dans le premier âge de l’univers. La déité existentielle pénètre-t-elle les quatre niveaux restants dans cet âge ? En ce qui concerne le niveau créatif, nous savons que rien ne fut « créé » dans le premier âge ; si un tel niveau existait, il était alors complètement dormant et devrait donc être inclus dans le niveau potentiel. Nous savons que Havona était non évolutionnaire dans le premier âge de l’univers (1163.12) 106:0.18 ; nous pouvons ainsi être sûrs que le niveau évolutionnaire était aussi un potentiel non exprimé dans cet âge. La Déité-totale était soit non fonctionnelle, soit pré-fonctionnelle sur ce niveau. Mais qu’en était-il des niveaux du Suprême (finis maxima) et de l’Ultime (transcendantaux maxima) ? Nous ne pouvons pas en être aussi sûrs, parce que la création éternelle semble contenir à la fois des réalité s finies et des réalité s transcendantales :

(1162.4) 106:0.4. Certaines phases de l’existence de Havona semblent être de l’ordre des finis maxima.

(1162.5) 106:0.5. Une grande partie du Paradis-Havona semble être de l’ordre des existences transcendantales.

(1162.6) 106:0.6. Le système Paradis-Havona a, sous beaucoup de rapports, une signification ultime.

(156.7) 14:4.2. La vie de Havona (dans le présent âge) est définie comme s’étendant du matériel à l’absolu et en passant par le morontiel, le spirituel, l’absonite, l’ultime et le coabsolu.

(1159.7) 105:7.2. Havona n’est ni absolu ni fini. Ses natifs ne furent jamais créés. Comme une réalité transcendantale, il intervient entre les superunivers finis et le Paradis, qui est absolu. Mais Havona n’est pas une réalité transcendantale, Havona est simplement Havona !

Ces citations des fascicules indiquent clairement que la réalité subabsolue était une partie de l’univers central originel et éternel. Ceci ne devrait pas trop nous surprendre puisque Havona est, après tout, « un univers modèle » et que l’univers originel et éternel doit avoir fourni le modèle de perfection divine pour tous les univers à venir – finis et transcendantaux inclus. Cette présence des finis et des transcendantaux (et des ultimes) dans le Havona originel signifie que la Trinité du Paradis était fonctionnelle sur les niveaux subabsolus de réalité dans le premier âge de l’univers . Mais ces niveaux subabsolus ne sont pas des niveaux créatifs, évolutionnaires, suprêmes ou ultimes, dans le sens fonctionnel du présent âge de personnalisation-pouvoir du Suprême, ni dans le sens de la lente émergence de l’Ultime projeté pour les âges futurs.

§4. LE MÉCANISME EXISTENTIEL

Les problèmes que nous rencontrons en essayant de résoudre les paradoxes de Havona pourraient être dus au fait que nous approchons ces problèmes par le mauvais côté. Il se pourrait que nous utilisions les mauvais critères d’évaluation et que nous appliquions les mauvaises catégories. Nous essayons peutêtre d’appliquer certains critères d’évaluation expérientiels à une situation existentielle. Nous pourrions faire erreur en admettant que les sept niveaux de fonction de la Déité-totale (qui sont présentés à la page deux des fascicules) s’appliqueraient également à tous les âges universels, alors que, peutêtre, ils ne s’appliquent qu’au présent âge de l’univers. Les fascicules nous mettent précisément en garde contre cette erreur ; ils affirment qu’il y a beaucoup « de manières de contempler la réalité » et que la perspective change « du point de vue d’âges universels différents » (1163.4) 106:0.10. Il est tout à fait possible que « les sept niveaux de fonction de la Déité-totale » soient présentés dans les fascicules comme un concept des opérations de la Déité qui ne sont fonctionnelles que dans le présent âge. Ce sont peutêtre les niveaux concernés par « les mécanismes expérientiels de Croissance », et ce qui nous manque dans notre évaluation de Havona, c’est un concept d’un « mécanisme existentiel ». Pour évaluer Havona, il semble que nous ayons besoin d’un concept du mécanisme existentiel des opérations de la Déité.

Les fascicules nous aident-ils dans cette recherche ? Ils le font, et les citations suivantes seront une aide précieuse :

(58.7) 4:4.2. Dieu peut modifier son absoluité parce qu’il est un être de libre arbitre.

(113.5) 10:5.4. La Trinité du Paradis fonctionne sur les niveaux finis et, dans ce cas, on l’appelle la Trinité de Suprématie.

(116.4) 10:8.3. Elle fonctionne aussi sur des niveaux absonites en tant que Trinité d’Ultimité. Sur les niveaux absolus, une telle action constitue l’action de la Déité-totale et implique les fonctions de l’Absolu de Déité.

Rien n’aurait pu empêcher la Déité du Paradis de projeter la réalité subabsolue dans la constitution originelle de l’univers parfait et éternel – Dieu aurait pu ainsi choisir. Havona est d’origine trinitaire, et la Trinité du Paradis a ainsi fonctionné.

Si c’est le cas, quels furent les niveaux de la fonction de Déité-totale dans le premier âge de l’univers? Quel fut le mécanisme existentiel ? Nous pouvons être sûrs que quatre des présents niveaux – créatif, évolutionnaire, suprême et ultime – au moins tels que nous les connaissons, étaient alors des potentiels non exprimés. Ces quatre niveaux semblent être expérientiels (dans le premier âge, les expérientiels étaient totalement non exprimés et préexistants) et doivent avoir été complètement contenus dans le niveau potentiel de fonction de la Déité-totale.

Nous pourrions proposer le concept suivant comme une présentation raisonnable des sept niveaux possibles de fonction de déité qui semblent constituer un mécanisme existentiel plausible. (Pour permettre la comparaison, nous les avons mis en parallèle avec les sept niveaux présentés à la page deux des fascicules (2.3) 0:1.3. Ils apparaissent sous la rubrique : Les mécanismes expérientiels).

Le mécanisme Existentiel. Les mécanismes expérientiels.
1. Le niveau Statique 1. Le niveau Statique
2. Le niveau Potentiel 2. Le niveau Potentiel
3. Le niveau Associatif 3. Le niveau Associatif
4. Le niveau Transcendantal 4. Le niveau Créatif
5. Le niveau Fini 5. Le niveau Évolutionnaire
6. Le niveau Ultime 6. Le niveau Suprême
7. Le niveau Absolu 7. Le niveau Ultime

Ce concept doit maintenant être soutenu. Les trois premiers niveaux sont certainement reliés au mécanisme existentiel et aux mécanismes expérientiels (bien que les déités expérientielles n’aient pas été présentes dans le premier âge pour fonctionner sur les niveaux associatifs et potentiels, comme elles fonctionnent maintenant dans le deuxième âge). Y a-t-il une justification dans l’ordre de présentation, spécialement pour les niveaux 4, 5, 6 et 7 ? Nous pensons que les fascicules confirmeraient un tel ordre. Le niveau transcendantal, « du point de vue de l’éternité », apparaît avant le fini (1159.6) 105:7.1. La position du niveau ultime avant le niveau absolu est tout à fait conventionnelle, comme dans l’énumération (156.11) 14:4.6 : ultime, coabsolu et absolu. Nous avons omis le coabsolu en tant que niveau parce que « coabsolu » est défini comme « la projection des expérientiels » (1163.1) 106:0.7 et, dans le premier âge, il n’y avait pas d’expérientiels. Cela confirme très bien l’ordre de l’énumération et place le « niveau fini » dans la position restante – la cinquième place. Cette présentation semble offrir un concept de travail raisonnable des niveaux de fonction de la Déité-totale concernés par le mécanisme existentiel.

Avant de poursuivre, nous devrions noter que le « niveau fini », dans l’énumération existentielle, est quelque chose de très différent de son parallèle expérientiel, qui est également fini, mais qui a son origine dans le présent âge de l’univers. Dans l’énumération des niveaux ascendants de réalité des fascicules (1162.4) 106:0.4 , liste s’appliquant spécifiquement au présent âge de l’univers, la deuxième catégorie donnée est « les finis maxima ». Cette catégorie inclut des êtres parfaits d’origine et des êtres devenus parfaits. Mais les fascicules font, d’autre part , une distinction minutieuse entre ces deux sortes d’êtres finis (1158.7) 105:5.7 : les êtres finis havoniens sont appelés « maxima primaires », tandis que les créatures qui se perfectionnent et viennent des superunivers sont appelés « maxima secondaires ». Le havonien est un produit du cinquième niveau hypothétique de fonction de la Déité-totale tel qu’il est présenté dans le mécanisme existentiel. L’ascendeur superuniversel est un produit du cinquième niveau, ou niveau évolutionnaire, tel qu’il est présenté dans le présent Mécanisme Expérientiel. ( L’existence de « maxima tertiaires » [1158.10) 105:5.10] pourrait indiquer qu’il y a encore d’autres façons d’envisager les niveaux de la fonction de Déité-totale.)

§5. MÉCANISMES EXPÉRIENTIELS DE FONCTION DE LA DÉITÉ - TOTALE

Dans les âges post-havoniens, la Déité existentielle est rejointe en fonction par la Déité expérientielle – Suprême, Ultime et ( peutêtre ) Absolue (13.1) 0:9.3. Cela signifie que nous devons réévaluer les niveaux statique, potentiel et associatif, en prenant en considération les quatre derniers.

Nulle part, les fascicules ne semblent mentionner une fonction de déité expérientielle sur le niveau statique. Mais une telle déité dérivée opère apparemment sur les six derniers niveaux – potentiel, associatif, créatif, évolutionnaire, suprême et ultime. Et, dans le présent âge, la déité existentielle fonctionne sur ces mêmes niveaux de concert avec la déité expérientielle. Il est un peu difficile de concevoir Dieu comme fonctionnant sur le niveau évolutionnaire, mais il n’est pas aussi difficile de concevoir ceci dans le cas d’un fragment de Dieu. La « nature divine existentielle » (1179.1) 107:2.7 d’un Ajusteur participe certainement aux évènements du niveau évolutionnaire lorsqu’un tel Ajusteur habite un être humain, et ce même Ajusteur « s’expérientialise » grâce à une telle participation (1195.4) 109:1.3.

Si nous considérons les six niveaux (post-statiques) d’abord du point de vue de la déité expérientielle, cela simplifiera beaucoup notre étude. Nous pourrions considérer ces niveaux comme suit :

(a) niveaux précréatifs. La déité expérientielle se tourne vers les niveaux précréatifs comme sources de croissance. Le Suprême croît, en partie, dans la mesure où il est expérientiellement capable d’actualiser les « potentiels associatifs-créatifs » de la Déité du Paradis (10.6) 0:7.1. L’Ultime personnalise les valeurs absonites du Paradis (10.10) 0:7.5. On nous dit que les Déités du Paradis sont existentielles en actualité, mais que tous leurs potentiels sont expérientiels (10.10) 0:7.5 ; de même, la Trinité du Paradis est une actualité existentielle, mais tous les potentiels sont expérientiels (15.8) 0:12.2. Le développement de l’ensemble de ces potentiels de Déité et de Trinité du Paradis pourrait donc favoriser la croissance des déités expérientielles.

(b) Les niveaux centrifuges. Ce sont les niveaux en expansion de la pleine expression de déité – les niveaux créatifs d’activité et les niveaux évolutionnaires (plus les niveaux d’extériorisation) d’opérations. Nous avons considéré ces niveaux assez soigneusement dans l’appendice VII : Les Mécanismes de Croissance Expérientielle.

(c) Les niveaux centripètes. Ce sont les deux niveaux sur lesquels la déité consolide ce qui a été exprimé sur les niveaux centrifuges. Sur ces niveaux suprême et ultime, a lieu la synthèse personnalité-pouvoir avec pour résultante l’unification de toutes les réalité s finies et transcendantales dans le maitre univers. Une telle unification de déité expérientielle est étudiée dans l’appendice XXII : Unification Personnalité-Pouvoir.

L’interaction de la Déité-totale sur ces niveaux – précréatif, centrifuge et centripète – semble expliquer à peu près tout ce qui arrive dans les âges posthavoniens du maitre univers.

§6. LE DEUXIÈME ÂGE DE L’UNIVERS

C’est le présent âge, l’âge des sept superunivers dans leur relation avec Havona, l’âge du grand univers . (Et dans cet âge nous pourrions penser à Havona comme à un véritable univers créé.) Cet âge commence avec une impulsion créative primaire qui vient des personnalités et des agents du système préexistant Paradis –Havona. Les sept superunivers sont originellement occupés par des êtres créés de haute origine (les Anciens des Jours, les Esprits Réflectifs) et toute la vaste foule de leurs associés, assistants et subordonnés, qui viennent aussi du système Paradis-Havona. Les organisateurs des univers locaux sont les Fils et les Esprits des Univers qui sont des êtres créés venant du Paradis. Quelques-uns de ces êtres d’origine paradisiaque sont des créateurs ; et leurs efforts créatifs dans le temps et dans l’espace fournissent la deuxième impulsion créative de croissance des superunivers et des univers locaux qui les composent.

Dans les univers locaux, nous pouvons observer l’opération et l’expression du niveau évolutionnaire à son apogée ; dans ces royaumes, même les créateurs des univers passent par des stades de croissance évolutionnaire (1272.7) 116:4.8. L’arrivée de Grandfanda introduit le processus évolutionnaire dans la parfaite création centrale (appendice IV, §4-B), et les opérations de ce niveau s’étendent ainsi sur la totalité du grand univers . C’est l’âge de la création finie, de l’évolution finie et de la croissance passant par l’expérience finie.

Pendant toute cette période, l’Être Suprême se sert des potentiels de la Déité du Paradis et élabore l’expression associative-créative de ces potentiels. Il exprime sa propre volonté et son but (2.5) 0:1.5 dans le processus d’expression de lui-même et d’autorévélation à la création spatio-temporelle (2.7) 0:1.7, tandis qu’il se développe dans les univers en expansion et s’identifie à la croissance de la créature et avec les créatures croissantes (2.8) 0:1.8. Il n’est pas seulement le bénéficiaire passif de l’influx convergent du pouvoir tout-puissant qui émane des succès divins des Créateurs Suprêmes dans le temps et l’espace (12.1) 0:8.10.

§6 - A. « TEMPS CALME » APRÈS L’ANCRAGE DU GRAND UNIVERS

Nous savons qu’il y a une zone calme entre les niveaux d’espace adjacents (129.12) 12:1.14). Il n’est donc pas si déraisonnable de supposer qu’il pourrait y avoir un « temps calme » entre les âges adjacents des univers (1293.1) 117:7.17. Un tel « temps calme » donnerait un répit à la très longue lutte évolutionnaire pour la perfection, et pourrait apporter une ère dans laquelle les vétérans du deuxième âge de l’univers entier pourraient goûter la jouissance de « …la plénitude de la douceur d’avoir atteint un but … » (1294.12) 118:0.12.

S’il y a une telle période pour la jouissance du but atteint, alors nous pouvons réellement examiner le concept des sept superunivers lorsqu’ils sont ancrés dans la lumière et la vie et, pour le moment, ignorer ce qui se trouve dans l’âge suivant. A ce moment, l’Être Suprême (maintenant totalement émergé) deviendrait complètement fonctionnel sur le niveau suprême des fonctions de la Déité-totale ; ceci impliquerait de nouvelles relations avec la Trinité existentielle de Suprématie (Trinité du Paradis) (113.5) 10:5.4). Le Suprême aurait cessé de « refléter … l’attitude de la Trinité de Suprématie » (115.5) 10:7.3, mais il entretiendrait probablement une relation personnelle avec les trois Déités du Paradis (ibid.). Et Dieu le Suprême deviendrait personnellement actif en tant que souverain expérientiel des superunivers ancrés (636.6) 55:12.5.

Le niveau suprême de fonction de la Déité-totale est quelquefois dénommé la Suprématie de la Déité (2.9) 0:1.9. Nous devrions nous souvenir que ce n’est pas le niveau de fonction d’une entité, d’une déité ou d’une trinité ; c’est le niveau de l’action de la Déité-totale.

(113.5) 10:5.4. L’attitude et la fonction de la Trinité du Paradis en relation avec le fini est quelquefois appelée la Trinité de Suprématie.

(12.1) 0:8.10. Dans le grand univers , il y a trois aspects de déité en collaboration : l’Être Suprême, Dieu le Septuple et la Trinité de Suprématie.

Au temps présent, ce supercontrôle de Suprématie n’est pas complètement prévisible ; il ne semble pas non plus être complet dans son développement (115.6) 10:7.4. Dans les âges de lumière et de vie, il semblerait que la Suprématie de la Déité fonctionnera avec un contrôle tout-puissant et une perfection sans défaut (un fini maximum). Les imprévisibles de cette ère ancrée pourraient être superfinis en origine et témoigner de la présence de l’Ultime et des Absolus.

§7. LES ÂGES POST - SUPRÊME

Ce sont les âges des quatre niveaux d’espace extérieurs – les troisième, Quatrième, Cinquième et Sixième âges de l’univers . Pendant ces âges du futur, la déité continuera d’opérer sur tous les niveaux précédents, mais il est difficile de concilier le Quatrième et le Cinquième niveau (créatif et évolutionnaire) avec les opérations transcendantales. Considérons les citations suivantes:

(333.7) 30:1.99. En tant que personne, Dieu crée ; en tant que superpersonne, il extériorise.

P.3, 18. Il fonctionne d’une façon superpersonnelle par rapport aux êtres absonites et ces êtres sont superpersonnes extériorisées.

(350.6) 31:8.3 Il existe beaucoup d’êtres qui ne sont ni créateurs ni créatures. Les Transcendantaux ne créent pas et ne furent pas créés – ils ont été extériorisés.

Quand nous entrons dans les âges post-suprême, le concept du niveau créatif devrait être élargi pour inclure l’extériorisation comme technique de transformation. Ceci suggère un déplacement limité dans les catégories qui seraient alors incluses dans les sept niveaux de fonction de la Déité-totale. Mais la créativité persisterait encore ; l’Ultime est créatif (4.11) 0:2.16.

(1159.7) 105:7.2. Les transcendantaux sont superévolutionnaires et superexpérientiels dans leur croissance. Ils ne sont pas non expérientiels, mais leur technique de croissance est superfinie.

(13.3) 0:4.5. Dieu l’Ultime « évolue » maintenant.

Le concept du niveau évolutionnaire devrait être modifié pour inclure les techniques de croissance transcendantale. Ceci signifie apparemment une sorte de croissance superévolutionnaire, mais pas non expérientielle. Ce doit être un type de croissance dans lequel la créature en croissance participe. Mais, si elle est transcendantale, elle a lieu alors dans le supertemps – le temps transcendé.

Etant donné cette extension des significations des mots « créatif » et « évolutionnaire », nous pouvons concevoir ces fonctions centrifuges de la Déité-totale comme se projetant dans les quatre niveaux d’espace extérieurs dans les âges post-suprême. Ceci inclurait les fonctions reliées entre elles de :

(a) La première Trinité expérientielle (appendice X).

(b) Les fonctions en expansion de Dieu le Septuple (appendice XII).

(c) Fonctions tertiaires du Suprême (appendice XI, §3-4 ; appendice XIX, §3).

(d) La collaboration de l’Ultime émergeant (appendice XVIII).

(e) La fonction de la Trinité d’Ultimité existentielle (113.6) 10:5.5.

§7 - A. « TEMPS CALME » DU MAITRE UNIVERS PARACHEVÉ

La complétude de la fonction de déité expérientielle dans les âges post-suprême nécessitera la personnalisation-pouvoir finale de l’Ultime, l’unification de la première Trinité expérientielle et le plein développement du maitre univers entier (appendice XXII, §9).

Supposons encore qu’il y aura un « temps calme » après le parachèvement du maitre univers, un temps de croissance suspendu avant le commencement des évènements alors futurs. Nous pouvons considérer le concept de l’Ultime émergé pendant cette ère sans prendre en considération les complications impliquant les développements externes au maitre univers.

Dans le concept du maitre univers parachevé, après la fin du Sixième âge de l’univers, nous pouvons visualiser la fonction de déité pleine et finale, expérientielle et existentielle, sur le sixième niveau de fonction de la Déité-totale – le niveau ultime. Cela signifie le parachèvement de deux entités de déité évoluantes :

(a) L’unification finale de la Trinité Ultime (1166.1) 106:3.3.

(b) L’émergence finale de Dieu l’Ultime (1166.5) 106:4.2.

Ces deux réalité s de déité de nature expérientielle seront augmentées par l’Être Suprême, qui aura alors complété sa croissance tertiaire dans les niveaux d’espace extérieurs (appendice XIX, §3). Les deux déités expérientielles et la première Trinité expérientielle seront alors complètement opérationnelles par rapport à la Trinité d’Ultimité existentielle ( la Trinité du Paradis) (113.6) 10:5.5. Et, à la façon dont nous voyons les choses, cela constitue le parachèvement final de l’Ultimité de la Déité (2.10) 0.1.10. Le niveau ultime de l’action de déité est discuté plus amplement dans l’appendice VIII, §7 : L’Ultimité de la Déité.

§8. LE MÉCANISME EXISTENTIEL - EXPÉRIENTIEL

Lorsque nous dépassons le niveau ultime, nous sommes, en concept, sortis du Maitre Uunivers. Nous sommes allés au-delà du « niveau créatif », puisque l’Ultime est défini comme fonctionnant sur les « niveaux créatifs finals » (4.11) 0:2.17 ; donc, tout acte d’une nature transformatrice post-ultime doit aussi être supercréatif ; et les fascicules disent (4:12) 0:3.18 que Dieu l’Absolu pourrait opérer sur de tels niveaux créatifs. Les niveaux post-ultime ne peuvent guère être subabsolus. S’ils impliquent une projection des expérientiels au-delà du maitre univers, dans un plus large champ d’action, ils sont alors définis comme « coabsolus » (1163.1) 106:0.7. On nous dit que même le niveau absolu pourrait « …impliquer un certain degré de réalisations expérientielles associées… » (1163.2) 106:0.8.

Le mécanisme existentiel-Expérientiel de fonction de la Déité-totale semblerait inclure des niveaux d’opération tout à fait différents de ceux concernés par les mécanismes expérientiels – tout comme ces derniers furent trouvés différents du précédent mécanisme existentiel.

Dans le concept de croissance et de développement postérieur au maitre univers, nous rencontrons trois nouvelles entités de déité qui n’ont pas été jusqu’ici factuellement fonctionnelles :

(a) La deuxième Trinité expérientielle (appendice XIX).

(b) L’expression trinitisée de Dieu l’Absolu (appendice XXV).

(c) La Trinité des Trinités (appendice XXIII).

Toutes ces déités et trinités apparaissant dans le futur seront associées aux niveaux de fonction de la Déité-totale dans l’âge post-ultime. Nous pensons que ces niveaux impliqueront pour les opérations un mécanisme existentielExpérientiel nouvellement émergeant, et il sera tout à fait différent de tout ce qui l’a précédé. (Voir appendice XVII, §3 : Le Mécanisme de Déité Existentiel-Expérientiel.)

Foundation Info

ImprimerImprimer

Urantia Foundation, 533 W. Diversey Parkway, Chicago, IL 60614, USA
Téléphone: (numéro vert depuis les Etats-Unis et le Canada) 1-888-URANTIA
Téléphone: (hors des Etats-Unis et du Canada) +1-773-525-3319
© Urantia Foundation. Tous droits réservés